Plaute

Poenus - Le Carthaginois

Avant propos, rédigé par J. Naudet

Traduction de E. Sommer

1837

 

AVANT PROPOS

«Aujourd'hui , cinquième jour avant les ides, troisième des grandes fêtes de Cérès (1) la troupe d'Ambivius Turpion, engagée par les nouveaux édiles, jouera le Carthaginois, comédie du grec Ménandre (2), traduite par M. AcciuS Plaute en langue barbare ; musique de Claudius sur le mode Névien, avec les flûtes tyriennes. » Il me semble voir la foule se presser pour lire ce titre affiché sur les murs de la basilique Porcia, et sur les colonnes des portiques de Tarquin au Forum. Le Carthaginois! Qu'un tel sujet devait offrir d'attrait à la curiosité ! Cette fois, l'amour des spec­tacles devint plus ardent que de coutume car c'était le temps où Rome commençait à jouir de la paix, et venait d'abattre ses en­nemis en Afrique, en Grèce, en Asie. On était bien revenu de la terreur qui autrefois du temps d'Annibal, avait répandu ces bruits populaires de soldats nourris de chair humaine et de fleuves traversés sur des ponts de cadavres (3). Depuis, on avait vu des captifs à figure noire porter dans, le Cirque la bassine pour ra fraîchir les chevaux après la course.

(1) 9 avril.

(2) Parmi les fragments de ses poésies, trois appartiennent à la comédie du Carthaginois. Plaute donne lui-même le titre en grec :

« Corchedonius vocatur haec comaedia » (Prol.v. 53)

(3) Discours du consul Varron aux Campaniens, dans Tite Live, liv. XXIII, chap. 5.

Tandis que le sénat tenait les Carthaginois humiliés sous ses dures conditions de paix, le peuple n'aurait pas été fâché de vilipender sur la scène ces rivaux qui l 'avaient fait trembler un moment, et qui avaient mis en question les destinées de Rome avec l'empire du monde, et si un jour ce serait Carthage qui enverrait ses grands exilés se conso­ler sur les débris du Capitole. Sans doute, en s'emparant des gradins de la cavea, les Romains espéraient voir l'acteur pro­logue, facétieux orateur du plus gai des poètes, venir leur dire : « Cette ville est Carthage, ce temple là-bas est celui de l'Hercule Tyrien, qui n'a pas de chaîne d'or à ses lèvres, comme l'Hercule Gaulois, mais à présent de bonnes entraves de fer aux pieds et la fourche sur le cou. Dans cette maison habite un fier Barcinien, ici c'est le logis d'un vieux retors nommé Bomilcar. Vous verrez tout ce qu'il y a de plus punique dans la foi punique, et com­ment se comportent entre eux ces marchands à double langue, qui osèrent jeter la guerre en Italie sans savoir porter eux-mêmes les armes. » L'attente des spectateurs fut grandement trompée car l'orateur leur annonça, comme d'habitude, une ville grecque, des courtisanes grecques avec leur prostitueur, et un amoureux grec, et des plus grecs, ma foi ! Car tout jeune qu'il est, et maître de son bien, il n'a pas le courage de se mettre en dépense de quelques mines d'argent pour délivrer sa maîtresse, à laquelle il prodigue en revanche les plus piteuses et les plus extravagantes protestations d'amour. Cette passion, qui ne faisait pas oublier du tout le prix de l'argent, avait au moins le piquant d'un caractère neuf, et ne manquait pas de ridicule.

Mais il y eut encore un autre mécompte pour les Romains. Au lieu d'un Carthaginois fourbe et malfaisant, l'auteur leur mon­tra un honnête vieillard, un père infortuné cherchant en tous lieux ses deux filles qu'on lui avait ravies autrefois en bas âge, et les retrouvant à la fin par la protection des dieux, dans la bonté desquels il n'avait jamais cessé de mettre sa confiance, bien loin de braver leur colère par des méchancetés ou des parjures. Le poète fit plus dans cette pièce ; il exposait à la risée publique les vices d'une partie de la population de Rome, vices nés des institutions judiciaires et des aveugles préjugés contre l'industrie. Sous le pallium des habitants de Calydon, clients d 'Agorastoclès, il est impossible de ne pas reconnaître des physionomies ro­maines, un langage romain, la vie publique de Rome. Ce sont là de ces petits plébéiens sortis de la servitude, citoyens créés, de la veille par la baguette du préteur, bouffis de leur indépendance inaccoutumée, et ne craignant rien autant que d'être pris pour des esclaves. Ces superbes affranchis ne sont pas sûrement du nombre des huit mille volones qui prirent les armes pour repousser Annibal, quand les hommes libres manquèrent aux légions. Je reconnaîtrais plus volontiers en eux quelques mauvais sujets qui ont livré un pécule mal acquis pour parvenir à être comptés comme têtes de citoyens, aes pro capite et pour avoir le droit de se pro­mener nonchalamment au soleil dans le forum, ou de grossir l'audience du préteur, et de ne se retirer du tribunal que devant le concierge qui chasse par les aboiements de ses chiens les traîneurs après la séance finie. Ces gens-là ne possèdent point de patrimoine, et ils rougiraient, d'après les idées des fils de Romulus, d'exercer un métier pour vivre. L'usage des procédures par témoins et des poursuites d'office leur procure une existence plus facile et plus digne d'eux ; ils vendent de faux témoignages et de faux serments en justice, un jour, leur postérité vendra des suf­frages.

Si nous voulions faire à présent, la part de la critique litté­raire dans cette pièce, il faudrait avouer que, sous le rapport de l'invention, elle n'a point un mérite remarquable et que la com­position même n'est pas à l'abri du reproche. Un complot pour duper un prostitueur, une rencontre imprévue qui remet deux jeunes filles perdues depuis longtemps, entre les bras de leur père, ce sont des machines communes et usées, et qui ont de plus, ici, l'inconvénient assez grave d'agir successivement, sé­parément, au lieu d'avoir une action simultanée et une liaison nécessaire entre elles : en sorte que l'effet de la seconde, quand il vient à s'accomplir, rend superflu le succès de la première. Il y a ainsi deux fables ajoutées l'une à l'autre, et non point une complication de nuds dramatiques.

Cependant l'habileté de l'exécution dans les détails rachetait ces défauts de l'ensemble ! Le spectateur, qui n'examinait pas l'ouvrage avec la réflexion du critique, après avoir ri de bon cur des ruses bien conçues, adroitement conduites, d'Agorastoclès et de Milphion, ne revenait pas sur son plaisir pour censurer le poète, au moment où, par une péripétie naturellement amenée et mé­nagée avec art, la délivrance des deux belles esclaves et la reconnaissance de l'oncle et du neveu, du père et des filles, com­mençaient à le surprendre et à l'intéresser. Et ce double thème d'intrigue et de roman si souvent reproduit, se trouvait rajeuni encore une fois par des circonstances toutes nouvelles. Car si les auteurs ne se faisaient pas scrupule de puiser leurs sujets dans un fonds toujours le même, ils déployaient les ressources de leur imagination pour en varier les accidents et les formes, materiam superabat opus.

Nous avons déjà dit qu'Agorastoclès n'est pas un amoureux comme un autre. S'il désole son esclave par ses imbéciles emportements, s'il ennuie fort sa maîtresse par ses niaiseries, il n'en amuse que mieux l'auditoire. Adelphasie et Antérastile ne sont pas non plus des courtisanes ordinaires, et elles ne se ressem­blent pas même entre elles quoique surs. Elles ont de commun toutes deux la coquetterie de leur sexe mais l'aînée y joint une supériorité d'intelligence qui la distingue de la cadette, comme elles se distinguent l'une et l'autre de la foule des beautés merce­naires par une certaine décence, par une certaine dignité, par des principes de sagesse qu'elles gardent jusque dans les ma­nuvres de leur profession. II n'y a point en elles de perfidie ni de penchant à la débauche, ni de cupidité. C'est par conscience qu'elles obéissent au maître qui les vendra, c'est par amour-propre qu'elles veulent briller, c'est par orgueil qu'elles aspirent à faire des conquêtes, seulement pour honorer Vénus, leur patronne, en un mot ce sont d'honnêtes prostituées. Les Romains auraient dit : « On voit bien qu'un sang libre coule dans leurs veines. »

Milphion avait aussi son coin, d'originalité, avec, sa brusque franchise, et ses saillies d'impatience contre son maître, et ses prouesses de fourberie faites à son corps défendant.

Enfin la vertu, la piété du Carthaginois n'étaient pas la moins hardie des nouveautés de la pièce, ni la moins estimable au ju­gement des hommes d'esprit qui assistaient à cette représenta­tion tandis que ses habits et sa figure, et son langage, et son cortège singulier fixaient toute l'attention des spectateurs vulgaires en excitant leur gaîté moqueuse.

Accusons Plaute à cette occasion, ou plaignons-le de s 'être cru obliger de trop sacrifier au mauvais goût de la multitude ou aux animosités nationales. Sans doute ce n'était pas Ménandre qui avait fourni la matière des calembours et des coq-à-l'âne prodigués jusque satiété même pour les moins difficiles dans les premières scènes, ce n'était pas lui qui avait donné l'exemple, lorsqu'arrivait la reconnaissance, d'outrager le bon sens, d'avilir un noble caractère, de refroidir une situation pathétique par d'absurdes bouffonneries, et de travestir tout à coup le vieillard et le père en un baladin grossier qui s'amuse à effrayer ses filles par de plates mystifications, au lieu de les embrasser tout d'abord. Et pourquoi ? Pour que le peuple s'écriât en battant des mains : « Voilà bien la dissimulation et la duplicité de la race punique (1) ! »

Pauvre auteur! Non, blâme à l'auteur qui, avec la puissance d'un talent capable d'écrire les scènes si ingénieuses et si en­jouées de cette comédie, déshonorait son art par de telles com­plaisances !

(1) Poenus plane est. Quid verbis opus est. (Prol. v.113)

ARGUMENT

Un enfant de sept ans est volé à Carthage, un vieillard, qui déteste les femmes, l'achète, l'adopte, et le fait son héritier. Deux cousines de cet enfant sont enlevées avec leurs nourrices : Lycus les achète et chagrine l'amoureux mais celui-ci introduit son fermier avec de l'or chez le marchand, qu'il enveloppe ainsi dans une accusation de vol. Le Carthaginois Hannon arrive, retrouve le fils de son frère, et reconnaît ses deux filles qu'il avait perdues.

PERSONNAGES .

AGORASTOCLÈS , amant d'Adelphasie.

MILPHION, esclave d'Agorastoclès.

ADELPHASIE, courtisane.

ANTÉRASTILE, courtisane.

LYCUS,marchand d'esclaves.

ANTHÉMONIDÈS, militaire.

TEMOINS d'Agorastoclès.

COLLYBISCUS, fermier.

SYNCÉRASTE, esclave de Lycus.

HANNON , carthaginois.

GIDDÉNÉMÉ, nourrice d'Adelphasie et d'Antérastile.

UN JEUNE ESCLAVE.

La scène est à Calydon.

PROLOGUE.

Il me prend fantaisie de vous remettre en idée l' Achille d'Aristarque, j'emprunterai donc mon début à cette tragédie. "Silence, taisez-vous, et faites attention." Le général de la troupe vous commande d'ouvrir les oreilles, il veut que tout le monde prenne place avec bienveillance sur ces bancs, ceux qui ont le ventre vide comme ceux qui sont venus la panse pleine. Vous qui avez dîné, vous êtes les plus sages, vous qui êtes à jeun, rasassiez-vous de nos fables. Celui qui a chez soi de quoi manger est bien sot de venir pour nos beaux yeux assister au spectacle l'estomac creux. Debout, héraut, commande au peuple le silence. Il y a une heure que j'attends pour voir si tu sais ton métier. Exerce ce gosier qui te donne le vivre et l'habit, si tu ne cries pas, si tu restes bouche close, la faim se coulera à tes côtés.... Bon, assieds-toi à présent, pour avoir double salaire.(Aux spectateurs.) Grand bien je vous souhaite, si vous respectez mes édits. Que pas une coureuse sur le retour ne vienne s'asseoir sur le devant du théâtre, que les licteurs et leurs verges restent muets, que le placeur ne glisse pas devant le monde pour conduire quelqu'un à son gradin tandis que les comédiens sont en scène. Que ceux qui ont dormi tard chez eux, comme des loirs, se tiennent sur leurs jambes sans se plaindre, ou bien qu'ils ne soient pas si dormeurs. Que les esclaves n'envahissent pas les banquettes, mais qu'ils laissent la place aux hommes libres, ou bien qu'ils se rachètent ; s'ils n'en ont pas le moyen, ils n'ont qu'à s'en aller chez eux : ils éviteront ainsi une double mésaventure, ici une volée de verges, à la maison une tournée d'étrivières, s'ils n'ont pas mis ordre à tout quand le maître reviendra. Que les nourrices soignent les petits enfants au logis et ne les apportent pas au spectacle alors elles n'auront pas soif, les marmots ne périront pas de faim et ne brailleront pas d'inanition, comme des chevreaux. Que les dames regardent en silence, rient en silence, qu'elles ne fassent pas retentir la salle du timbre éclatant de leur voix. Qu'elles remettent à babiller ensemble chez elles pour ne pas ennuyer leurs maris et au théâtre et à la maison. Pour ce qui regarde les directeurs des jeux, qu'ils n'accordent injustement la palme à aucun artiste, que l'intrigue ne fasse mettre personne à la porte pour donner aux mauvais le pas sur les bons.... Ah! j'allais oublier : pendant le spectacle, vous les valets de pied, faites invasion au cabaret, c'est le moment, les gâteaux fument, courez. Ces ordonnances prononcées de par l'autorité de la troupe, grand bien je vous souhaite, souvenez-vous-en tous.

Et maintenant, je reviens au sujet de la pièce, je veux que vous soyez aussi savants que moi. Je vais vous en tracer les divisions, les limites, les tenants et aboutissants ; car c'est moi qui ai été choisi pour arpenteur en cette occasion. Si cela ne vous ennuie pas, je veux vous dire le nom de la comédie ; si cela ne vous va pas.... je le dirai tout de même, pourvu que l'autorité le permette. Cette pièce s'appelle en grec le Carthaginois ; Plaute l'appelle en latin : l'Oncle pultiphagonide. Vous savez le nom maintenant; je vais vous rendre compte du reste, et la déclaration du sujet se fera ici même. En effet, le sujet d'une comédie doit se déclarer sur le devant de la scène ; vous, vous enregistrez. Ainsi donc, attention.

Il y avait à Carthage deux cousins germains, de grande famille et puissamment riches : l'un est encore vivant, l'autre est mort. Je vous le dis en homme sûr de son fait, parce que je le tiens de l'embaumeur qui l'a embaumé. Mais le vieillard aujourd'hui défunt avait un fils unique, qui lui fut enlevé dans sa septième année, à Carthage ; c'était six ans avant la mort du père. Voyant son enfant perdu pour lui, il tombe malade de chagrin, choisit pour héritier son cousin, puis descend sans bagage au bord de l'Achéron. Le ravisseur amène le petit garçon à Calydon, là, il le vend à un riche vieillard qui désirait avoir des enfants, mais qui détestait les femmes. Le bonhomme, qui ne se doute de rien, achète ainsi l'enfant de son hôte, l'adopte, et en mourant le fait son héritier. Le jeune homme demeure dans cette maison-là.

A présent je retourne à Carthage ; avez-vous des affaires, des commissions ? Soit ; mais si l'on ne me donne de l'argent, ce sera comme si l'on chantait ; si tu m'en donne, ce sera bien pis. L'oncle du jeune homme, le vieillard carthaginois qui est encore de ce monde, avait deux filles, on les lui enlève toutes deux de sa maison avec leur nourrice : l'une avant cinq ans, et l'autre quatre. Le ravisseur les amène dans Anactorium, les vend toutes trois, petites filles et nourrice, argent comptant, à un homme (si toutefois un marchand d'esclaves est un homme), le coquin le plus achevé que la terre ait porté. Au reste, jugez vous-mêmes que peut être un drôle à qui l'on a donné le nom de Lycus. D'Anactorium, où il avait auparavant sa demeure, il est venu s'établir à Calydon il n'y a pas longtemps, pour faire son commerce : il reste dans cette maison-ci. Le jeune homme est éperdument amoureux de l'une des jeunes filles. Il ne se doute pas que c'est sa parente, il ignore qui elle est et ne l'a jamais touchée, tant le marchand le fait languir. Non, jamais la moindre caresse, la plus petite faveur; le coquin n'a rien voulu permettre ; il le voit bien amoureux et veut en faire sa vache à lait. Quant à la plus jeune, un militaire, qui en tient pour elle, veut l'acheter et l'avoir pour maîtresse. Mais le père Carthaginois, depuis qu'il les a perdues, court après elles de tous côtés, sur terre et sur mer. Sitôt qu il arrive dans une ville, vite il passe en revue toutes les maisons de courtisanes ; il donne de l'argent, il paye une nuit puis il fait toutes ses questions : d'où est-elle? de quel pays? est-ce une prisonnière ou une fille enlevée,quelle est sa famille ? comment s'appellent ses parents? C'est ainsi qu'il met toute son adresse et toute son habileté à chercher ses filles. Il sait toutes les langues, mais il a l'air de ne les pas savoir : c'est un vrai Carthaginois. Bref, hier soir un vaisseau l'a amené dans ce port. Le père de ces fillettes est en même temps l'oncle du jeune homme. Tenez-vous le fil ? Si vous le tenez, tirez-le, mais prenez garde de le casser ; de grâce, laissez-le dévider.... Ah ! j'allais oublier de vous dire le reste. Parce qu'il le gardera et ne fera pas les commissions. l'hôte de l'oncle, du Carthaginois qui viendra ici aujourd'hui et retrouvera ses filles, et le fils de son frère, à ce que j'ai entendu dire.

Je vais m'habiller ; vous, écoutez avec bienveillance. L'homme qui va venir retrouvera ses filles et son neveu. Au surplus, bonsoir et soyez-nous cléments. S'il reste quelque chose, d'autres restent pour l'expliquer. Adieu, soyez-nous en aide, et que le dieu Salut vous conserve.

ACTE I.

SCÈNE I. AGORASTOCLÈS, MILPHION.

AGORASTOCLÈS . Plus d'une fois, Milphion, je t'ai chargé d'affaires délicates, difficiles, désespérées, et grâce à ta sagesse, à ta finesse, à ta sagacité, à ton esprit, tu me les as rendues excellentes. En récompense de tant de services, je te dois, je l'avoue, la liberté et mille actions de grâces.

MILPHION . Un vieux dicton bien placé a toujours son charme ; vos douceurs sont pour moi, comme on dit, de vraies fadaises, oui, ma foi, de pures chansons. Maintenant vous me caressez, mais vous ne vous êtes guère gêné pour user trois lanières sur mon dos.

AGORASTOCLÈS . Je suis amoureux ; si l'amour m'a fait te maltraiter, Milphion, il n'est pas juste de m'en vouloir.

MILPHION . Rien de mieux. Mais moi, aujourd'hui, je meurs d'amour : laissez-moi vous battre, comme vous m'avez battu, sans nulle raison et après cela, pardonnez à mon amour.

AGORASTOCLÈS . Si cela te fait plaisir et que le cur t'en dise, soit ; le gibet, les chaînes, les coups, je consens à tout, je permets tout.

MILPHION . Oui, et si vous reniez ensuite la permission, quand vous serez détaché, moi je serai pendu.

AGORASTOCLÈS . Comment aurais-je le courage de te traiter de la sorte ? Quand je te vois battre, c'est une souffrance.

MILPHION . Pour moi, ma foi.

AGORASTOCLÈS . Non, pour moi.

MILPHION . J'aimerais mieux cela. Mais que me voulez-vous?

AGORASTOCLÈS . A quoi bon te mentir ? J'aime à la folie.

MILPHION . Mes épaules en savent quelque chose.

AGORASTOCLÈS . Je veux parler de notre voisine, mon Adelphasie, l'aînée des deux filles qui restent chez ce marchand.

MILPHION . . Il y a bel âge que vous me l'avez dit.

AGORASTOCLÈS . Je me consume de désirs pour elle ; mais il n'y a pas de fange plus fangeuse que cet entremetteur de Lycus, son maître.

MILPHION . Voulez-vous lui faire un cadeau pire que la peste ?

AGORASTOCLÈS . De grand cur.

MILPHION .Alors donnez-moi à lui.

AGORASTOCLÈS . Va te pendre.

MILPHION . Répondez-moi sérieusement : voulez- vous lui faire un cadeau pire que la peste ?

AGORASTOCLÈS . De grand cur.

MILPHION . Eh bien, donnez-moi encore à lui, je ferai en sorte qu'il ait tout à la fois le cadeau et la peste.

AGORASTOCLÈS . Tu badines.

MILPHION . Voulez-vous qu'aujourd'hui même, sans bourse délier, la mignonne devienne votre affranchie ?

AGORASTOCLÈS . De grand cur, Milphion.

MILPHION . Je m'en charge. Vous avez au logis trois cents philippes.

AGORASTOCLÈS . Et même six cents.

MILPHION . C'est assez de trois cents.

AGORASTOCLÈS . Que veux-tu faire?

MILPHION . C'est bon. Je vous ferai cadeau aujourd'hui de l'entremetteur, de la tête aux pieds, et de tous ses gens.

AGORASTOCLÈS . Que veux-tu faire ?

MILPHION . Vous allez le savoir. Votre fermier Collybiscus est en ce moment à la ville. Notre coquin ne le connaîtra pas. Comprenez-vous ?

AGORASTOCLÈS .Oui, je comprends, mais je ne vois pas où tu veux en venir.

MILPHION .Vous ne voyez pas?

AGORASTOCLÈS . Non ma foi.

MILPHION . Eh bien, je vais vous faire voir. On lui donnera de l'argent, il le portera chez notre homme, il se donnera pour un étranger qui arrive d'une autre ville ; il dira qu'il veut faire l'amour, prendre du bon temps, qu'il lui faut un endroit où il ait ses coudées franches et puisse faire ses fredaines en cachette, sans témoin. L'entremetteur, qui aime les espèces, le recevra bien vite chez lui ; il cachera l'homme et l'argent.

AGORASTOCLÈS . L'idée me sourit.

MILPHION . Quand je lui aurai donné la dernière façon, à la bonne heure, vous pourrez dire cela ; pour le moment elle n'est pas encore dégrossie.

AGORASTOCLÈS .Je vais de ce pas au temple de Vénus, si tu n as pas besoin de moi, Milphion. C'est sa fête aujourd'hui.

MILPHION . Je le sais.

AGORASTOCLÈS . Je veux me donner le plaisir de voir les courtisanes dans leurs atours.

MILPHION . Occupons-nous d'abord de notre affaire. Entrons, et apprenons au fermier Collybiscus comment il doit jouer son rôle.

AGORASTOCLÈS . Quoique j'aie le cur tout rempli de Cupidon, je t'obéirai.

MILPHION . Et vous en serez bien aise. ( Agorastoclès rentre .) Le pauvre garçon a en pleine poitrine une blessure amoureuse qui ne peut se guérir qu'à grands frais. Après tout, ce Lycus est un scélérat ; mes machines sont toutes dressées contre lui, et bientôt je lâcherai la détente. Mais voici Adelphasie qui sort avec Antérastile. C'est celle-ci, la première, qui fait tourner la tête à mon maître. Appelons-le : hé, Agorastoclès, sortez, si vous voulez jouir du coup d'il le plus délicieux. .

AGORASTOCLÈS . Quel tapage fais-tu là, Milphion !

MILPHION . Eh ! vos amours, si vous voulez les voir.

AGORASTOCLÈS . Que les dieux te comblent de faveurs pour m'avoir procuré une si charmante vue !

SCÈNE II. ADELPHASIE, ANTÉRASTILE, MILPHION, AGORASTOCLÈS.

ADELPHASIE . Celui qui voudra se donner bien du tracas ira qu'à faire emplette de deux objets, une femme et un vaisseau. Ce sont les deux choses qui causent le plus de tintouin, si l'on se met à les parer. Jamais on ne les arrange assez bien, jamais elles ne se trouvent assez arrangées. Ce que je dis là, je le sais par ma propre expérience. Depuis le point du jour jusqu'à cette heure-ci, nous n'avons pas eu un moment de relâche, sans cesse occupées toutes deux à nous baigner, nous frotter, nous essuyer, nous parer, nous bichonner, nous pomponner, nous peindre, nous farder ; les deux femmes de chambre qu'on nous a données à chacune ont eu assez de mal aussi à nous frictionner, à nous débarbouiller; enfin nous avons mis sur les dents les deux hommes qui nous apportaient de l'eau. Ah ! que d'embarras pour une femme ! mais quand il y en a deux, c'est assez, je crois, pour donner et au delà de l'occupation à tout un peuple. Jour et nuit, à tout âge, toujours, elles s'attifent, se baignent, s'essuient, se polissent. Bref, les femmes ne connaissent point de mesure ; quand nous sommes entrain de nous arroser et de nous frotter, nous ne savons pas nous arrêter. Si propre qu'on soit, si l'on n'est pas tirée à quatre épingles, on a l'air sale, c'est du moins ce que je trouve.

ANTÉRASTILE . Je suis bien étonnée, ma sur, de t'entendre parler ainsi, toi qui es futée et si âne mouche. Car nous avons beau nous tenir toujours sous les armes, nous avons assez de peine à trouver un pauvre amoureux.

ADELPHASIE . C'est vrai ; mais pourtant songe à ceci : la modération, ma sur, est en tout une chose excellente. Tout excès amène une série d'ennuis.

ANTÉRASTILE . A ton tour, ma sur, songe qu'on nous regarde comme le poisson salé qu'on trouve sans goût et sans saveur, s'il n'a pas été longtemps trempé à grande eau ; cela sent mauvais, c'est acre, on n'y veut pas toucher. Pour nous c'est la même chose ; les femmes de cette espèce sont désagréables et repoussantes, faute de propreté et de toilette.

MILPHION , à Agorastoclès . Agorastoclès, elle est cuisinière, je suppose ; elle sait la recette pour dessaler le poisson.

AGORASTOCLÈS . Tu m'ennuies.

ADELPHASIE . Ma sur, tais-toi, de grâce ; c'est bien assez que d'autres nous le disent, ne nous mettons pas à proclamer nos défauts.

ANTÉRASTILE . Je ne souffle mot.

ADELPHASIE . Merci : mais à présent réponds-moi. Avons-nous là tout ce qu'il faut pour plaire aux dieux?

ANTÉRASTILE . J'ai veillé à tout.

AGORASTOCLÈS , à part. O le beau jour, jour charmant et solennel! Il est bien digne de Vénus, dont c'est la fête aujourd'hui !

MILPHION . Ne me remercierez- vous pas , pour vous avoir appelé ? Ne recevrai-je pas un quartaut de vin vieux? faites-le-moi donner. Pas de réponse? Il a perdu sa langue, je crois. Çà, que faites- vous là immobile et pétrifié?

AGORASTOCLÈS . Laisse-moi aimer ; ne me trouble pas, tais-toi.

MILPHION . Je me tais.

AGORASTOCLÈS . Si tu te taisais vraiment, ce Je me tais ne serait pas sorti.

ANTÉRASTILE . Marchons, ma sur.

ADELPHASIE . Eh, qu'est-ce qui te presse tant?

ANTÉRASTILE . Tu le demandes ? Notre maître nous attend au temple de Vénus.

ADELPHASIE . Qu'il attende, ma foi : un moment. C'est une cohue à présent autour de l'autel. Veux-tu donc te fourrer parmi ces filles de joyeuse maison, ces maîtresses de meuniers, ces rebuts de brasseurs, ces malheureuses crottées jusqu'à l'échine, ces souillons que courtisent les esclaves, pour qu'elles t'empestent de leurs parfums de bouge et de gargote, de leurs puanteurs de lupanar? Jamais homme libre ne les a touchées du bout du doigt et ne leur a ouvert sa porte ; pour deux oboles, elles appartiennent à la sale racaille des esclaves.

MILPHION , à part . La peste soit de toi ! Tu as le front, coquine, de mépriser les esclaves! La jolie créature! ne dirait-on pas qu'elle fait les délices des rois ! L'horreur de femme ! un pareil avorton lâcher de si grands mots ! Je ne donnerais pas un verre de brouillard pour passer sept nuits avec elle.

AGORASTOCLÈS . Dieux immortels et tout-puissants, y a-t-il rien de plus beau parmi vous ? Qu'avez-vous pour que je vous croie immortels plus que moi, quand je repais mes yeux de tant de charmes? Non, Vénus n'est pas Vénus; la voici, la Vénus que j'adorerai pour gagner son amour et ses bonnes grâces. Milphion, hé! Milphion, où es-tu?

MILPHION . Me voici, prêt à vous servir.

AGORASTOCLÈS . A l'étouffée, alors.

MILPHION . Vous plaisantez, mon maître.

AGORASTOCLÈS . J'ai profité de tes leçons.

MILPHION . Vous ai-je appris aussi à aimer une femme que vous n'avez jamais touchée? cela ne signifie rien.

AGORASTOCLÈS . Mais par Pollux, les dieux aussi, je les aime et les crains ; pourtant je ne mets jamais la main sur eux.

ANTÉRASTILE . Ma foi, quand je regarde notre toilette à toutes deux, je n'en suis guère contente:

ADELPHASIE . Nous sommes pourtant fort bien, assez élégantes pour notre profit et pour celui du maître : car il n'y a pas de profit possible, ma sur, quand la dépense l'emporte. Aussi vaut-il mieux se contenter d'une mise convenable que de donner dans l'excès.

AGORASTOCLÈS . Puissent m'aimer les dieux, aussi vrai que je préfère l'amour d'Adelphasie au leur, Milphion. Elle serait vraiment capable de rendre un roc amoureux.

MILPHION . Là-dessus, vous ne mentez pas ; car vous êtes plus stupide qu'un roc, d'aller vous éprendre de cette fille-là.

AGORASTOCLÈS . Songe un peu, jamais ma tête ne s'est frottée à la sienne.

MILPHION . Je vais donc courir chercher de la vase dans quelque piscine ou quelque étang.

AGORASTOCLÈS . Et pour quoi faire ?

MILPHION . Vous allez le savoir : c'est pour vous frotter le museau à tous deux.

AGORASTOCLÈS . Va-t'en à la malheure.

MILPHION . N'y suis-je pas déjà?

AGORASTOCLÈS . Encore?

MILPHION . Je me tais.

AGORASTOCLÈS . Tâche de te taire toujours.

MILPHION . Hé ! mon maître, vous me provoquez sur mon terrain, vous faites des bons mots.

ANTÉRASTILE . Tu te trouves assez bien parée, ma sur, à ce que je vois ; mais quand tu te regarderas à côté des autres courtisanes, tu auras mal au cur, si tu en vois quelqu'une mieux mise que toi.

ADELPHASIE . J'ai toujours été sans malice comme sans envie, ma sur; j'aime cent fois mieux être parée de mon bon naturel que d'une foule de bijoux. La fortune donne les joyaux, la nature, le bon cur. J'aime mieux qu'on me dise bonne que riche. Dans notre métier, la modestie sied beaucoup plus que la pourpre. Une mauvaise conduite salit une jolie toilette plus que de la boue; un caractère aimable fait passer sur une vilaine mise.

AGORASTOCLÈS , à Milphion . Hé, toi, veux-tu faire quelque chose de gai, de divertissant?

MILPHION . Oui certes.

AGORASTOCLÈS . Veux-tu m'en croire ?

MILPHION . Oui.

AGORASTOCLÈS . Rentre à la maison, et pends-toi.

MILPHION . Pourquoi cela?

AGORASTOCLÈS . Parce que jamais plus tu n'entendras tant de ravissantes paroles. Que te servirait donc de vivre? Écoute-moi, et pends-toi.

MILPHION . Soit, si vous voulez vous pendre avec moi comme une grappe de raisin sec.

AGORASTOCLÈS . montrant Adelphasie . Mais je l'aime.

MILPHION . Et moi, j'aime le boire et le manger.

ADELPHASIE , à Antérastile . Dis-moi.

ANTÉRASTILE . Qu'est-ce?

ADELPHASIE . Vois, mes yeux, qui étaient si barbouillés, sont-ils assez nets à présent ?

ANTÉRASTILE . Il y a encore quelque chose à cet il-ci.

ADELPHASIE . Eh bien, passes-y la main.

AGORASTOCLÈS , à Milphiun gui fait la mine de s'avancer. Comment, tu irais lui toucher, lui frotter les yeux avec tes mains crasseuses !

ANTÉRASTILE . Nous avons été trop paresseuses aujourd'hui.

ADELPHASIE . Comment cela?

ANTÉRASTILE . Nous aurions dû aller au temple de Vénus il y a longtemps, avant le jour, pour porter les premières le feu sur l'autel.

ADELPHASIE . Ce n'était pas nécessaire. Bon pour les figures de chouette d'aller vilement sacrifier la nuit ; elles font leurs offrandes avant que Vénus soit éveillée ; car elles sont si laides, ma foi, que si la déesse avait les yeux ouverts, elles seraient dans le cas de la chasser de son temple.

AGORASTOCLÈS . Milphion!

MILPHION . Oh le malheureux Milphion! Que me voulez-vous?

AGORASTOCLÈS . Dis-moi, ses paroles ne sont-elles pas tout miel?

MILPHION . Si fait, ce ne sont que meringues, sésame, pavot, fine farine et amandes grillées.

AGORASTOCLÈS . Te semble-t-il que je sois épris?

MILPHION . Oui, de la ruine, ce qui ne plaît guère à Mercure.

AGORASTOCLÈS . Mais enfin un amant ne doit jamais tenir au gain.

ANTÉRASTILE . Allons , ma sur.

ADELPHASIE . Soit, prenons par ici.

ANTÉRASTILE . Je te suis.

AGORASTOCLÈS . Elles s'en vont : si nous les abordions?

MILPHION . Abordez.

AGORASTOCLÈS , à Adelphasie. A la première le premier salut ; ( à Antératile ) à la seconde le salut du second numéro ; ( à la suivante ) à la troisième le salut de la dernière qualité.

LA SUIVANTE . Alors, mafoi, j'ai perdu ma peine et mon temps.

AGORASTOCLÈS , à Adelphasie . Où allez-vous?

ADELPHASIE . Moi? au temple de Vénus.

AGORASTOCLÈS . Pour quoi faire?

ADELPHASIE . Pour adoucir la déesse.

AGORASTOCLÈS . Elle est donc fâchée? Non ma foi, vous êtes dans ses bonnes grâces; je réponds d'elle.

ADELPHASIE . Eh mais, pourquoi donc venez-vous m'ennuyer?

AGORASTOCLÈS . O la sauvage !

ADELPHASIE . Laissez-moi, je vous prie.

AGORASTOCLÈS . Qu'est-ce qui vous presse ? il y a foule maintenant.

ADELPHASIE . Je le sais bien; mais je veux voir les autres et me faire voir.

AGORASTOCLÈS . Voir la laideur et montrer la beauté, quelle fantaisie !

ADELPHASIE . C'est aujourd'hui que se tient chez Vénus le marché des courtisanes. Les acheteurs y affluent : je veux m'y montrer.

AGORASTOCLÈS . Pour la mauvaise marchandise il faut aller chercher les acheteurs; mais la bonne trouve aisément des chalands, quand même on la cacherait. Dites-moi, quand viendrez-vous chez moi unir nos bouches et nos corps ?

ADELPHASIE . Le jour où Platon lâchera les morts de l'Achéron.

AGORASTOCLÈS . J'ai à la maison je ne sais combien de pièces d'or qui ne demandent qu'à sauter.

ADELPHASIE . Apportez-les-moi, j'aurai bientôt fait de les calmer.

MILPHION . Charmante en vérité !

AGORASTOCLÈS . Que la peste te serre, butor!

MILPHION . Plus je la regarde, plus elle me fait l'effet d'une vapeur, d'une chimère.

ADELPHASIE , à Agorastoclès . Ne me parlez plus : cela m'ennuie.

AGORASTOCLÈS . Tenez, relevez ce pan qui traîne.

ADELPHASIE . Je suis pure ; ne venez pas me toucher, je vous prie.

AGORASTOCLÈS . Que faire ?

ADELPHASIE . Soyez sage ; ne vous occupez pas de moi, épargnez vos peines.

AGORASTOCLÈS . Moi, ne pas m'occuper de vous.... Eh bien, Milphion?

MILPHION . Encore ma bête noire ! que me voulez-vous?

AGORASTOCLÈS . Pourquoi est-elle en colère contre moi?

MILPHION . Pourquoi elle est en colère contre vous? Qu'est-ce que cela me fait? c'est plutôt vous que cela regarde.

AGORASTOCLÈS . C'est fait de toi, si tu ne me la rends aussi douce que peut être la mer, quand l'alcyon y lâche ses petits.

MILPHION . Comment s'y prendre ?

AGORASTOCLÈS . Prie, flatte, caresse.

MILPHION . J'y mettrai tous mes soins. Mais n'allez pas ensuite accueillir à coups de poing votre ambassadeur.

AGORASTOCLÈS . Non.

ADELPHASIE , à Antérastile . Partons à présent. ( A Agorastoclè s.) Vous m'arrêtez encore ? vous avez tort. Vous promettez beaucoup, mais vos promesses n'ont pas d'effet. Vous m'avez juré, non pas une fois, mais cent fois, de m'affranchir. Je vous attends, je ne me cherche pas d'autre ressource, mais je ne vois rien venir, et je suis esclave comme devant. ( A Antérastile. ) Viens, ma sur. ( A Agorastoclè s.) Éloignez- vous.

AGORASTOCLÈS . Je suis perdu.... Eh bien, Milphion?

MILPHION . Ma volupté, mes délices, ma vie, ma félicité, ma petite prunelle, ma bouche mignonne, mon bonheur, mon baiser, mon miel, mon cur, ma crème, mon petit fromage mollet.

AGORASTOCLÈS , à part . Je lui laisserai dire tout cela à ma barbe? Ah! je crève de rage, si je ne le fais traîner chez le bourreau au galop de quatre chevaux.

MILPHION . De grâce, ne soyez pas fâchée contre mon maître, faites cela pour moi. Si vous n'êtes plus en colère, je me charge de lui faire donner pour vous tant et plus ; il fera de vous une citoyenne libre d'Athènes.

ADELPHASIE . Laissez-nous aller. Que voulez-vous? On oblige ceux qui vous obligent.

MILPHION . S'il vous a trompée autrefois, il sera sincère désormais.

ADELPHASIE . Allons, retirez-vous, fourbe.

MILPHION . J'obéis. Mais savez- vous? Laissez-vous attendrir; souffrez que je vous prenne par les deux oreilles, que je vous donne un baiser. Ma foi, je veux le faire pleurer, si je ne peux vous fléchir pour lui. Il me battra sûrement si je ne réussis pas ; j'en tremble. Je connais son tempérament violent et bourru. Aussi, ma volupté, par pitié, rendez-vous.

AGORASTOCLÈS . Je ne vaux pas trois oboles si je n'arrache les yeux et les dents au pendard. ( Il le bat. ) Tiens pour la volupté, tiens pour le miel, tiens pour le cur, tiens pour la bouche mignonne, tiens pour le bonheur, tiens pour le baiser!

MILPHION . Maître, c'est un sacrilège ; vous frappez un ambassadeur.

AGORASTOCLÈS . Raison de plus. Tiens, voilà encore pour la prunelle, et pour la bouche mignonne, et pour la langue.

MILPHION . N'est-ce pas fini ?

AGORASTOCLÈS . Est-ce là l 'ambassade dont je t'avais chargé?

MILPHION . Comment donc fallait-il faire?

AGORASTOCLÈS . Tu le demandes? Voici ce qu'il fallait dire, coquin : Je vous supplie, volupté de mon maître, son miel, son cur, sa bouche mignonne, sa langue, son baiser, sa crème, son doux bonheur, sa joie, sa crème, son petit fromage mollet.... pendard!... son cur, sa passion, son baiser.... pendard!... il fallait dire en mon nom ce que tu disais de toi.

MILPHION . Je vous conjure donc, par Hercule, volupté de mon maître et mon abomination, son amie à la gentille gorgette et ma méchante ennemie, sa prunelle et ma fluxion, son miel et mon fiel, ne soyez pas en colère contre lui; ou, si vous ne pouvez vous en empêcher.... prenez une corde et pendez-vous avec mon maître et toute notre maisonnée. Car je vois bien que grâce à vous il me faudra désormais en avaler d'amères, et déjà mon pauvre dos n'est que plaies et écailles à cause de votre amour.

ADELPHASIE . Croyez-vous que j'aie plus le moyen de l'empêcher de vous battre que de me faire des mensonges ?

ANTÉRASTILE . Dis-lui, je te prie, quelque parole agréable, pour qu'il ne nous importune pas : car il nous empêche d'aller à notre devoir.

ADELPHASIE . C'est vrai. Je vous passerai donc encore cette faute, Agorastoclès. Je ne suis plus fâchée.

AGORASTOCLÈS . Bien vrai?

ADELPHASIE . Bien vrai.

AGORASTOCLÈS . Donnez-moi donc un baiser, pour me le prouver.

ADELPHASIE . Tout à l'heure, en revenant du temple.

AGORASTOCLÈS . Alors, allez vite.

ADELPHASIE . Viens, ma sur.

AGORASTOCLÈS . Encore un mot : bien des compliments de ma part à Vénus.

ADELPHASIE . Je n'y manquerai pas.

AGORASTOCLÈS . Encore un mot.

ADELPHASIE . Qu'est-ce?

AGORASTOCLÈS . Faites votre prière courte.... Un dernier mot: regardez-moi.

ADELPHASIE . Je vous regarde.

AGORASTOCLÈS . Vénus , je n'en doute pas, vous regardera aussi. ( Adelphasie, Antérastile et la suivante s'en vont.)

SCÈNE II. AGORASTOCLÈS, MILPHION.

AGORASTOCLÈS . Que me conseilles-tu à présent, Milphion ?

MILPHION . De me battre et de mettre votre maison en vente , vous pouvez, ma foi, en toute sûreté, vous en défaire.

AGORASTOCLÈS . Comment donc?

MILPHION . Parce que vous prenez sur ma tête votre domicile habituel.

AGORASTOCLÈS . Laisse cela.

MILPHION . Que voulez-vous alors?

AGORASTOCLÈS . Tantôt, je venais de donner trois cents philippes à mon fermier Collybiscus, quand tu m'as appelé. Maintenant je t'en conjure, Milphion, par cette droite, par cette gauche sa sur, par tes yeux, par mes amours, par mon Adelphasie, par ta liberté....

MILPHION . Oh ! sur ce dernier point, demande nulle.

AGORASTOCLÈS . Mon petit Milphion, mon bonheur, ma vie, tiens ta promesse, fais que je ruine ce vil marchand.

MILPHION . Rien de plus facile. Allez, et amenez avec vous des témoins ; moi, je rentre, et je pourvois le fermier du costume et des ruses nécessaires ; hâtez-vous, partez.

AGORASTOCLÈS . Je m'enfuis.

MILPHION . C'est plutôt affaire à moi qu'à vous.

AGORASTOCLÈS . Et moi, moi, si tu mènes à bien l'entreprise....

MILPHION . Allez toujours.

AGORASTOCLÈS . Oui, aujourd'hui même....

MILPHION . Allez toujours.

AGORASTOCLÈS . Je t'affranchirai.

MILPHION . Allez toujours.

AGORASTOCLÈS . Non, par Hercule, je n'accepterais pas....

MILPHION . Ah ! allez donc.

AGORASTOCLÈS . Tout ce qu'il y a de trépassés dans l'Achéron...

MILPHION . Vous en irez-vous?

AGORASTOCLÈS . Ni tout ce qu'il y a d'eau dans la mer....

MILPHION . Partez-vous enfin?

AGORASTOCLÈS . Ni tout ce qu'il y a de nuages dans l'air....

MILPHION . Cela va-t-il durer longtemps ?

AGORASTOCLÈS . Ni tout ce qu'il va d'étoiles au ciel...

MILPHION . Voulez-vous me rompre le tympan ?

AGORASTOCLÈS . Ni ceci, ni cela, ni.... c'est pour tout de bon.... Non, ma foi.... Que sert de tant parler? Un mot suffit.... Non, ma foi, non, certes.... Sais-tu?... Que les dieux me protégent.... Veux-tu que je te dise du fond du cur?... Là, entre nous.... que Jupiter me.... Sais-tu combien.... attention! Ne crois-tu pas à mes paroles?

MILPHION . Si je ne peux vous faire décamper, je m'en vais moi-même. Pour votre verbiage, ma foi, il serait bon besoin de ce devin Oedipe, l'interprète du sphinx. ( Il s'en va .)

AGORASTOCLÈS . Il part en colère : à présent il me faut prendre garde de ne pas faire languir mon amour par ma propre faute. Je vais chercher des témoins , puisque, tout libre que je suis, l'amour me contraint d'obéir à mon esclave.

ACTE II.

LYCUS, ANTHÉMONIDÈS.

LYCUS, d'abord seul. Qne tous les dieux confondent le marchand qui s'aviserait désormais de sacrifier à Vénus ou de lui offrir un grain d'encens. Suis-je assez malheureux, assez persécuté des dieux ! j'immole aujourd'hui six agneaux, et je ne parviens pas à me rendre la déesse propice. Voyant que je ne pouvais avoir un heureux sacrifice, je m'éloigne aussitôt avec colère, et je défends de découper les entrailles, je ne veux même pas les voir, puisque l'aruspice me dit qu'elles sont mauvaises; la déesse ne me paraît pas mériter une victime. Et voilà comment j'ai attrapé l'avare Vénus. Elle ne voulait pas se contenter d'une offrande raisonnable, j'y ai renoncé : voilà comme j'en use, voilà mon caractère. J'apprendrai aux autres dieux et déesses à se contenter désormais à moins de frais et à se montrer moins avides, quand ils sauront qu'un marchand d'esclaves a joué le tour à Vénus. Le digne aruspice, qui ne vaut pas le quart d'une obole, prétendait que toutes les entrailles me présageaient du malheur et de la perte, que les dieux étaient fâchés contre moi. Mérite-t-il qu'on le croie ni pour les choses du ciel ni pour celles de la terre? Après cela, j'ai reçu un don d'une mine d'argent.... Mais, au fait, où donc s'est arrêté le militaire qui m'en a fait cadeau ? je l'avais invité à dîner.... Ah! le voici.

ANTHÉMONIDÈS . Je te disais donc, mon petit maquignon, que dans cette bataille ptérornithique j'ai tué en un seul jour, de mes propres mains, soixante mille hommes volants.

LYCUS . Ah! des hommes volants?

ANTHÉMONIDÈS . Oui vraiment.

LYCUS . Y a-t-il donc quelque part des hommes volants?

ANTHÉMONIDÈS . Il y en a eu, mais je les ai exterminés.

LYCUS . Comment avez- vous fait ?

ANTHÉMONIDÈS . Je vais te le dire : j'avais donné à mes soldats de la glu et et des frondes ; ils garnissaient l'intérieur avec des feuilles de tussilage.

LYCUS . Pour quoi faire ?

ANTHÉMONIDÈS . Pour empêcher la glu de s'attacher aux frondes.

LYCUS . Continuez. Vous mentez, ma foi, à ravir. Et qu'arriva-t-il?

ANTHÉMONIDÈS . Ils mettaient dans les frondes de grosses balles de glu que je leur faisais lancer aux hommes volants. Bref, tous ceux qu'ils atteignaient tombaient à terre, dru comme des poires. A mesure qu'il en tombait un, vite je le tuais, comme un pigeon, en lui enfonçant une de ses plumes dans la cervelle.

LYCUS. Si l'aventure est vraie, je consens, ma foi, que Jupiter me condamne à sacrifier toujours sans rencontrer- une victime propice.

ANTHÉMONIDÈS . Tu ne me crois pas?

LYCUS . Je vous crois comme on doit me croire moi-même. Mais entrons, tandis qu'on rapporte les chairs.

ANTHÉMONIDÈS . Je veux te raconter encore une bataille.

LYCUS . Je n'y tiens pas.

ANTHÉMONIDÈS . Écoute.

LYCUS . Non, ma foi.

ANTHÉMONIDÈS . Je te casse la tête si tu ne m'écoutes ou si tu ne vas te pendre.

LYCUS .J'aime mieux me pendre.

ANTHÉMONIDÈS .C'est bien décidé ?

LYCUS .Oui.

ANTHÉMONIDÈS . Alors, puisque c'est un si bon jour et qu'on fête Vénus, cède-moi ta courtisane, la petite.

LYCUS . Avec les sacrifices que j'ai faits aujourd'hui, je remets à un autre jour toutes les affaires sérieuses. Je suis bien décidé à observer les jours de fête. Allons, en route, suivez-moi.

ANTHÉMONIDÈS . Je te suis. Pour aujourd'hui, tu seras mon chef de file.

ACTE III.

SCÈNE I. AGORASTOCLÈS , LES TÉMOINS.

AGORASTOCLÈS . Les dieux me protégent ! il n'y a rien de plus agaçant qu'un ami lambin, surtout pour un amoureux, qui conduit vivement les choses. C'est comme ces témoins que j'amène, ils vont à pas de tortues, ils sont plus lents qu'un vaisseau de charge par un calme plat. Et pourtant, par Hercule, j'avais fait exprès de ne pas me faire aider par des vieillards. Je savais que l'âge les appesantit, je craignais du retard pour mes amours. Mais je n'ai pas mieux fait de m'adresser à ces freluquets ; ce sont des traînards, ils ont les jambes nouées.... Ah çà, si vous voulez arriver aujourd'hui, marchez, ou allez vous faire pendre. Est-ce ainsi que des amis rendent service à un amoureux ? Vos pas sont aussi menus que de la farine passée au tamis ; c'est sans doute avec des entraves que vous avez appris à aller de ce train-là.

UN TÉMOIN . Hé, mon brave, vous avez beau nous regarder comme des plébéiens et des pauvres, si vous nous dites des sottises, tout riche et de grande maison que vous êtes, nous y allons de tout cur quand il s'agit de tomber sur un Crésus. Aimez, nous ne sommes pas à vos ordres. Quand nous avons acheté le droit de cité , c'était de notre argent et pas du vôtre. Nous sommes libres, et ne nous soucions guère de vous. Vous croyez que nous devons être les très humbles serviteurs de vos amours. Il sied à des hommes libres de marcher dans la ville d'un pas raisonnable ; ce sont les esclaves qu'on voit courir à perte d'haleine : d'ailleurs en pleine paix, quand les ennemis sont exterminés, ce n'est pas le moment de se fouler la rate. Puisque vous étiez si pressé, il fallait nous appeler hier en témoignage. Ne vous fourrez pas dans la tête qu'aucun de nous veuille se mettre aujourd'hui à courir dans les rues. Nous n'irons pas, comme des fous, nous faire jeter des pierres par le monde.

AGORASTOCLÈS . Si je vous avais dit que je vous emmenais dîner au temple, vous courriez plus vite que des cerfs et vous feriez des enjambées plus longues qu'avec des échasses. Mais comme je vous ai appelés pour me servir de témoins, vous avez la goutte aux pieds et vous êtes plus lents que des limaçons.

UN TÉMOIN . Eh ! N'a-t-on pas bien raison de galoper à toutes jambes, pour aller manger et boire aux dépens d'autrui, tant qu'on veut, tout son soûl, sans être obligé ensuite de rendre à celui chez qui on s'est régalé ? Mais enfin vaille que vaille, tout pauvres que nous sommes, nous avons chez nous de quoi manger : ne nous mettez pas si dédaigneusement sous vos pieds. Le peu que nous avons est à nous ; nous ne demandons rien à personne, et personne ne nous demande rien. Nous n'allons pas, pour vous faire plaisir, nous rompre un vaisseau.

AGORASTOCLÈS . Vous êtes bien susceptibles ; ce que j'en ai dit était pour rire.

UN TÉMOIN. Mettez que ce que nous avons dit est pour rire aussi.

AGORASTOCLÈS . De grâce, pour me rendre service, prenez une allure de corvette et non de chalands ; remuez au moins les jambes, je ne demande pas que vous vous pressiez.

UN TÉMOIN. Si vous voulez aller tranquillement, en y mettant le temps, nous sommes à vos ordres : si vous êtes impatient, vous feriez mieux de prendre des coureurs pour témoins.

AGORASTOCLÈS . Je vous ai déjà conté l'affaire ; vous savez que j'ai besoin de vos services contre ce coquin de marchand qui depuis si longtemps se joue de mon amour; je vous ai dit que je lui ai tendu un piége avec de l'argent et mon esclave.

UN TÉMOIN. Nous sommes assez au fait, si les spectateurs y sont aussi. C'est pour eux que se joue la pièce : c'est eux qu'il faut instruire, pour qu'ils sachent, quand vous agirez, de quoi il est question. Ne vous occupez pas de nous, nous connaissons l'affaire de point en point : nous avons appris notre rôle en même temps que vous, pour être en état de vous donner la réplique.

AGORASTOCLÈS . Sans doute mais voyons, que je m'assure si vous savez tout sans broncher : répétez-moi ce que je vous ai dit tout à l'heure.

UN TÉMOIN . Vous voulez donc nous mettre à l'épreuve : vous croyez que nous ne nous rappelons pas comment vous avez donné trois cents philippes à votre fermier Collybiscus pour les porter chez ce marchand votre ennemi, et comment il doit faire semblant d'être un étranger venu d'une autre ville. Dès qu'il y sera, vous viendrez réclamer votre esclave avec votre argent.

AGORASTOCLÈS . Voilà une mémoire parfaite : vous êtes mes sauveurs.

UN TÉMOIN . Il niera, il pensera que c'est Milphion que vous cherchez : cela le fera condamner au double de la somme volée, et le préteur vous adjugera sa personne. C'est pour cela que vous nous appelez en témoignage.

AGORASTOCLÈS . Vous avez saisi l'affaire .

UN TÉMOIN . Oh! ma foi, seulement du bout des doigts, tant elle est petite.

AGORASTOCLÈS . Il faut nous mettre vitement à la besogne : hâtez-vous tant que vous pourrez.

UN TÉMOIN. Bonsoir alors : vous deviez choisir des témoins plus agiles ; nous autres, nous sommes lents.

AGORASTOCLÈS . Vous marchez très bien, mais ma foi, vous parlez très mal. Je voudrais que vos cuisses vous soient tombées aux talons.

UN TÉMOIN . Et à vous, votre langue aux reins et vos yeux par terre.

AGORASTOCLÈS . Vous avez tort de prendre feu comme cela pour une plaisanterie.

UN TÉMOIN . Vous avez tort de chanter pouille à vos amis par plaisanterie.

AGORASTOCLÈS . Laissez cela. Vous savez ce que je désire ?

UN TÉMOIN . Parfaitement : vous voulez perdre votre marchand,

AGORASTOCLÈS . Vous avez saisi l'affaire. Mais voici Milphion et le fermier qui sortent à point nommé. Il est merveilleusement costumé pour faire réussir notre ruse.

SCÈNE II. MILPHION, COLLYBISCUS, AGORASTOCLÈS, LES TÉMOINS.

MILPHION , à Collybiscus. Sais-tu bien ta leçon par cur?

COLLYBISCUS . On ne peut mieux.

MILPHION . Tâche de marcher droit.

COLLYBISCUS . A quoi bon tant de paroles? J'irai plus droit qu'un sanglier dans le fourré.

MILPHION . Fais seulement en sorte de bien posséder ton rôle pour jouer la pièce.

COLLYBISCUS . Oh! ma foi, je le sais mieux que nos tragédiens et nos comédiens.

MILPHION . Tu es un joli garçon.

AGORASTOCLÈS . Approchons.... Voici les témoins.

MILPHION . Vous ne pouviez amener une troupe plus propre à nous aider. Ils ne sont pas gens à chômer les fêtes, on ne voit qu'eux aux comices, ils n'en bougent pas, on les y trouve plus souvent que le préteur. Ceux qui enfantent des procès sont moins consommés qu'eux dans la chicane ; s'il n'y en a pas, ils en sèment.

UN TÉMOIN . Que les dieux t'exterminent.

MILPHION . Mais vous, ma foi.... je vous estime tous tant que vous êtes ; vous vous comportez en braves, de venir servir les amours de mon maître. ( A Agorastoclès. ) Savent-ils de quoi il s'agit?

AGORASTOCLÈS . Oui, on ne peut mieux.

MILPHION . Alors écoutez-moi. Vous connaissez cet infâme Lycus ?

UN TÉMOIN . Fort bien.

COLLYBISCUS . Mais moi je ne sais quelle est sa figure. Il faudra me le dépeindre.

UN TÉMOIN , à Milphion. C'est bon. La leçon est assez faite.

AGORASTOCLÈS , montrant Collybiscus. Celui-ci aies trois cents pièces bien comptées.

UN TÉMOIN . Nous avons besoin de voir la somme, Agorastoclès, pour savoir ce que nous dirons quand nous rendrons témoignage.

AGORASTOCLÈS . Eh bien, regardez : c'est de l'or.

COLLYBISCUS . Oui, spectateurs, de l'or de comédie. Avec cet or, quand il a trempé, on engraisse les bufs en Italie. Mais pour notre comédie ce sont des philippes.

UN TÉMOIN. Nous ferons semblant de les prendre pour tels.

COLLYBISCUS . Faites semblant aussi de me prendre pour un étranger.

UN TÉMOIN. Oui, et pour un étranger débarqué d'aujourd'hui, qui nous a priés de lui enseigner un endroit de liberté et de plaisir, pour faire l'amour, boire, se mettre en goguette.

MILPHION . Ah ! les malins compères ! 

AGORASTOCLÈS . C'est moi qui les ai sifflés.

MILPHION. Et vous?

COLLYBISCUS . Allons, rentrez, Agorastoclès, que Lycus ne nous voie pas ensemble ; ce serait de quoi renverser nos plans.

MILPHION . Ce garçon est plein de sens. Faites ce qu'il vous dit.

AGORASTOCLÈS . Partons. (Aux témoins.) Mais vous, est-ce entendu?

COLLYBISCUS . Allez.

AGORASTOCLÈS . Je m'en vais.... Puissiez-vous, dieux immortels....

COLLYBISCUS . Partez donc.

AGORASTOCLÈS . Je pars.

MILPHION . A la bonne heure ! ( Il rentre avec Agorastoclès .)

COLLYBISCUS . Silence !

UN TÉMOIN. Qu'y a-t-il?

COLLYBISCUS , montrant la porte de Lycus. Cette porte vient de faire une grande impertinence.

UN TÉMOIN. Quelle impertinence?

COLLYBISCUS . Elle a pété avec fracas.

UN TÉMOIN. La peste soit de vous! Mettez-vous derrière nous.

COLLYBISCUS . Soit.

UN TÉMOIN. Nous irons devant.

COLLYBISCUS . Ces galants suivent leur habitude : ils placent le monde à leurs derrières.

UN TÉMOIN. Voici notre homme qui sort.

COLLYBISCUS . Il est fort bien, il a tout l'air d'un drôle. Tandis qu'il sort, je vais lui sucer tout son sang à distance.

SCÈNE III. LYCUS, LES TÉMOINS, COLLYBISCUS.

LYCUS , à un militaire qui est dans la maison. Je reviens dans un instant, militaire : je veux aller chercher de gais convives pour nous tenir compagnie ; pendant ce temps-là, on apportera les viandes, et les femmes, je pense, ne vont pas tarder à revenir du temple.... Mais qu'est-ce que tous ces gens qui s'approchent là? qu'est-ce qui les amène? Et cet autre avec sa chlamyde, qui les suit à quelques pas? ce n'est pas un Étolien.

UN TÉMOIN . Nous te souhaitons le bonjour, Lycus : pourtant ce n'est pas de bien bonne grâce, car nous ne portons pas dans notre cur les gens de ton métier.

LYCUS . Puissiez-vous être heureux tous! Mais je suis bien sûr que cela ne sera point, que la fortune ne le permettra pas.

UN TÉMOIN. Les sots ont dans la bouche un trésor dont ils croient jouir en lançant de méchantes paroles à de meilleurs qu'eux.

LYCUS . Quand on ne sait pas le chemin qui mène à la mer, il faut aller de compagnie avec un fleuve. Je ne connaissais pas le chemin des méchantes paroles ; vous êtes mes fleuves, je veux vous suivre. Si vous me dites de bonnes paroles, j'irai le long de votre rive ; si vous m'injuriez, je suivrai la même pente que vous.

UN TÉMOIN . Faire du bien à un méchant, faire du mal à un bon, c'est bonnet blanc et blanc bonnet.

LYCUS . Comment cela ?

UN TÉMOIN . Tu vas le savoir. Faites du bien à un méchant, c'est bienfait perdu ; faites du mal à un bon , il vous en cuit toute la vie.

LYCUS . C'est fort spirituel mais en quoi cela me regarde-t-il?

UN TÉMOIN. Nous venons ici pour t'obliger, quoique nous n'ayons pas un intérêt bien tendre pour ceux de ta sorte.

LYCUS . Si vous m'apportez quelque chose de bon, je vous suis reconnaissant.

UN TÉMOIN. Nous ne t'apportons, nous ne te donnons, nous ne te promettons, nous ne voulons même te donner rien du nôtre.

LYCUS . Je vous crois sans peine, ma foi ; je reconnais là votre bonté. Enfin que voulez-vous?

UN TÉMOIN, montrant Collybiscus . Cet homme en chlamyde que tu vois là, est détesté de Mars.

COLLYBISCUS . C'est bien plutôt vous.

UN TÉMOIN . Nous te l'amenons, Lycus, pour que tu le mettes en pièces.

COLLYBISCUS , à part. Le chasseur que voici rapportera le gibier chez lui. Ces chiens poussent comme il faut le loup dans les toiles.

LYCUS . Qui est-ce ?

UN TÉMOIN. Nous n'en savons rien ; ce matin, en nous rendant au port, nous l'avons vu descendre d'un vaisseau marchand. Il s'avance tout d'abord vers nous et nous salue, nous rendons la politesse.

COLLYBISCUS , à part. Les malins drôles ! Comme ils arrangent joliment la fable !

LYCUS . Après?

UN TÉMOIN . Il entre en conversation avec nous. Il est étranger, dit-il, et ne connaît pas la ville. Il voudrait trouver un endroit où l'on ait les coudées franches pour prendre du bon temps. Nous te l'amenons donc. Si les dieux te protégent, voici l'occasion de faire une bonne affaire.

LYCUS . Ah ! le cur lui en dit ?

UN TÉMOIN. Il a de l'or.

LYCUS , à part. C'est du butin tout trouvé.

UN TÉMOIN. Il veut boire, faire l'amour.

LYCUS . Il aura ses aises.

UN TÉMOIN. Mais il veut être ici secrètement, sans qu'on sache rien, sans qu'on l'observe : il a été soldat à Sparte, à ce qu'il nous a dit, et au service du roi Attale. Il s'est sauvé à la prise de la ville.

COLLYBISCUS , à part. Le militaire est joli, et Sparte ravissant.

LYCUS . Que les dieux et les déesses vous comblent de faveurs pour vos bons avis et pour l'aubaine que vous me procurez !

UN TÉMOIN . Bien mieux, il nous a dit lui-même, fais encore plus attention, qu'il porte dans son escarcelle trois cents philippes.

LYCUS . Si je l'attire chez moi, un roi ne serait pas mon cousin.

UN TÉMOIN. Eh ! il est tout à toi.

LYCUS . Je vous en prie, par Hercule, engagez-le à descendre chez moi ; un gîte excellent.

UN TÉMOIN . Il ne nous sied ni de le conseiller ni de le déconseiller, c'est un étranger; à toi, si tu as du nez, de faire ton affaire. Nous t'amenons le pigeon à l'entrée du filet : tu feras bien de le prendre, si tu veux le tenir.

LYCUS . Partez, alors.

COLLYBISCUS , aux témoins. Eh bien, étrangers, et ce que je vous ai demandé ?

UN TÉMOIN. Causez avec lui de votre affaire, mon brave; pour ce que vous cherchez, c'est l'homme qu'il vous faut.

COLLYBISCUS . Je désire que vous voyiez quand je lui remettrai l'or.

UN TÉMOIN . Nous verrons cela d'ici près.

COLLYBISCUS , aux témoins. J'ai bien des remerciements à vous faire. ( Les témoins se retirent à l'écart. )

LYCUS , à part. Le gibier vient à moi.

COLLYBISCUS , à part. Oui, à la façon de l'âne qui détache des ruades.

LYCUS , à part . Faisons lui politesse. ( Haut .) L'hôte salue son hôte ; je suis heureux de vous voir arrivé en bonne santé.

COLLYBISCUS . Que les dieux vous accordent leurs bienfaits pour vos bons souhaits.

LYCUS . On dit que vous cherchez un logement.

COLLYBISCUS . Oui.

LYCUS . Ces hommes qui viennent de me quitter disent que vous voulez être à l'abri des mouches.

COLLYBISCUS . Pas du tout.

LYCUS . Comment donc ?

COLLYBISCUS . Si je cherchais un logement à l'abri des mouches, je serais allé tout droit à la prison en arrivant. Je cherche un logement où je sois mieux choyé encore que les yeux du roi Antiochus.

LYCUS . Ma foi, je peux vous procurer ce lieu de délices, si toutefois vous voulez vous contenter d'un logement charmant, d'un lit garni d'une façon charmante, d'une charmante femme pour vous baiser, vous caresser.

COLLYBISCUS . C'est cela même.

LYCUS . Vous arroserez votre jeunesse avec des vins de Leucade, de Lesbos, de Thasos, de Cos, si vieux qu'ils n'ont plus de dents. Là je vous inonderai de parfums. Enfin je ferai en sorte qu'avec votre bain le baigneur puisse faire provision d'essences. Mais tous ces plaisirs-là sont de vrais soldats.

COLLYBISCUS . Comment cela ?

LYCUS . Ils veulent être payés comptant.

COLLYBISCUS Oh! ma foi, vous n'êtes pas plus joyeux de recevoir que moi de donner.

LYCUS . Eh bien, suivez-moi, entrons.

COLLYBISCUS . Conduisez-moi, je me remets entre vos mains.

UN TÉMOIN, aux autres témoins . Si nous appelions Agorastoclès? il serait lui-même le meilleur témoin.... Hé! vous qui voulez surprendre le voleur, sortez vite pour voir donner l'or.

SCÈNE IV. AGORASTOCLÈS, LES TÉMOINS, COLLYBISCUS, LYCUS.

AGORASTOCLÈS . Qu'y a t-il? que voulez-vous, témoins?

UN TÉMOIN. Regardez à votre droite. Votre esclave est en train de remettre l'argent à notre homme.

COLLYBISCUS . Tenez, prenez. Il y a là trois cents pièces d'or bien comptées, qu'on appelle des philippes. Avec cela ayez soin de moi, je veux en voir bientôt la fin.

LYCUS . Par ma foi, vous avez fait choix d'un dépensier prodigue. Entrons donc.

COLLYBISCUS . Je vous suis.

LYCUS . Allons, allons, marchez. Nous causerons du reste chez moi.

COLLYBISCUS . En même temps, je vous raconterai les nouvelles de Sparte.

LYCUS . Mais venez donc.

COLLYBISCUS . Montrez-moi le chemin ; je me suis remis entre vos mains. ( Ils entrent .)

AGORASTOCLÈS , aux témoins. A présent, que me conseillez- vous?

UN TÉMOIN. Soyez sage.

AGORASTOCLÈS . Et si la passion ne le permet pas ?

UN TÉMOIN . Soyez alors ce qu'elle vous permet d'être.

AGORASTOCLÈS . Vous avez vu ce coquin recevoir l'argent?

UN TÉMOIN . Nous l'avons vu.

AGORASTOCLÈS . Vous savez que l'esclave est à moi?

UN TÉMOIN . Nous le savons.

AGORASTOCLÈS . Que le fait est contraire à de nombreuses lois portées par le peuple?

UN TÉMOIN. Nous le savons.

AGORASTOCLÈS . Tâchez de vous rappeler toutes les circonstances quand il le faudra, bientôt, devant le préteur.

UN TÉMOIN . Nous nous les rappellerons.

AGORASTOCLÈS . Si, tandis que l'affaire est toute chaude, je frappais à leur porte ?

UN TÉMOIN. C'est mon avis.

AGORASTOCLÈS . Si je frappe, et qu'il n'ouvre pas?

UN TÉMOIN. Cassez la croûte.

AGORASTOCLÊS . S'il sort, êtes-vous d'avis que je lui demande si un esclave à moi est venu chez lui, ou non?

UN TÉMOIN. Pourquoi pas?

AGORASTOCLÈS . Avec deux cents philippes d'or?

UN TÉMOIN. Pourquoi pas?

AGORASTOCLÈS . Il sera dérouté tout d'abord.

UN TÉMOIN . Pourquoi ?

AGORASTOCLÈS . Belle demande ! Parce que je dirai cent philippes de moins.

UN TÉMOIN . Bien calculé.

AGORASTOCLÈS . Il croira que c'est un autre que je cherche.

UN TÉMOIN. Sans doute.

AGORASTOCLÈS . Il s'empressera de nier.

UN TÉMOIN. Et avec serment.

AGORASTOCLÈS . Il se rendra coupable du vol....

UN TÉMOIN . Ce n'est pas douteux.

AGORASTOCLÈS . De tout ce qu'on aura apporté chez lui.

UN TÉMOIN . Pourquoi pas ?

AGORASTOCLÈS . Que Jupiter vos extermine !

UN TÉMOIN. Pourquoi pas vous?

AGORASTOCLÈS . Je vais aller frapper.

UN TÉMOIN . Oui; pourquoi pas?

AGORASTOCLÈS . Il faut se taire à présent : la porte crie. Je vois sortir Lycus. Secondez-moi, je vous prie.

UN TÉMOIN. Pourquoi pas? Et même, si vous voulez, couvrez-nous la tête, qu'il ne nous reconnaisse pas pour ceux qui l'ont mis dans de si beaux draps.

SCÈNE V. - LYCUS, AGORASTOCLÈS, LES TÉMOINS.

LYCUS . Et maintenant, que tous les aruspices se pendent. J'irais encore croire à ce qu'ils disent, quand tout à l'heure, au temple, ils m'annonçaient du malheur et une grosse perte ! Voilà que je viens de faire une affaire superbe.

AGORASTOCLÈS . Bonjour, Lycus.

LYCUS . Que les dieux vous protégent, Agorastoclès.

AGORASTOCLÈS . Tu ne m'as jamais salué de si bonne grâce.

LYCUS . Le temps est au calme, c'est comme quand un vaisseau est sur mer : du côté où souffle le vent on tourne la voile.

AGORASTOCLÈS . Je souhaite une bonne santé à celles qui sont chez toi, mais pas à toi.

LYCUS . Elles se portent comme vous le souhaitez, mais ce n'est pas pour votre nez.

AGORASTOCLÈS . Envoie-moi, je te prie, ton Adelphasie aujourd'hui, pour célébrer cette belle et grande fête de Vénus.

LYCUS . N'avez- vous pas mangé votre dîner trop chaud? dites-moi.

AGORASTOCLÈS . Pourquoi cela?

LYCUS . C'est pour vous rafraîchir la bouche que vous me faites cette demande.

AGORASTOCLÈS . Attention, mauvais marchand : on m'a dit qu'un esclave à moi est chez toi en ce moment.

LYCUS . Chez moi? je vous défie bien de le prouver.

AGORASTOCLÈS . Tu mens : il est venu chez toi et il a apporté de l'or. Je tiens le fait de gens en qui j'ai confiance.

LYCUS . Vous êtes malin, vous venez avec des témoins pour me prendre. Mais je n'ai chez moi ni rien ni personne qui soit à vous.

AGORASTOCLÈS . Souvenez-vous de cela, témoins.

UN TÉMOIN . Nous nous en souviendrons.

LYCUS . Ha, ha, ha, j'y suis, je vois ce que c'est. Ces braves gens qui m'ont amené tout à l'heure l'étranger de Sparte, enragent à présent à l'idée que je vais gagner les trois cents philippes. Ils savent que le voisin est mal avec moi, et ils me le détachent pour soutenir qu'un esclave à lui est descendu chez moi avec de l'or : ils ont dressé leurs batteries pour me faire tort de la somme et se la partager entre eux. Ils se sont mis entête d'arracher l'agneau au loup ; chansons!

AGORASTOCLÈS . Ainsi donc tu nies que tu aies chez moi mon or et mon esclave ?

LYCUS . Je le nie, et je le nierai jusqu'à m'enrouer, s'il le faut.

UN TÉMOIN . Tu es perdu, l'ami : c'est son fermier que nous t'avons fait passer pour un Spartiate et qui vient d'apporter chez toi les trois cents philippes. Et même la somme est là dans cette bourse.

LYCUS . Malheur à vous !

UN TÉMOIN. C'est ton malheur à toi qui s'apprête.

AGORASTOCLÈS . Allons, pendard, lâche cette bourse à l'instant ; je te prends en flagrant délit de vol. ( Aux témoins. ) Assistez-moi, je vous prie, tandis que je fais sortir mon esclave de chez lui. ( Il entre chez Lycus. )

LYCUS , à part. Ah! ma perte est certaine, il n'y a plus l'ombre d'un doute. C'est un piége qu'on m'a tendu. Et je tarde à m'en aller à la malheure, avant qu'on me torde le cou en me traînant devant le préteur! Hélas! les aruspices avaient deviné juste. S'ils prédisent du bien, le bien ne vient pas trop vite ; quant au mal qu'ils annoncent, il est bientôt réalisé. Mais je vais de ce pas consulter mes amis, pour savoir de quelle façon je dois me pendre.

SCÈNE VI. - AGORASTOCLÈS, COLLYBISCUS, LES TÉMOINS.

AGORASTOCLÈS , à Collybiscus. Allons, avance, que les témoins te voient sortir. ( Aux témoins .) N'est-ce pas là mon esclave?

COLLYBISCUS . Oui, en vérité, je le suis, Agorastoclès.

AGORASTOCLÈS . Eh bien, coquin de marchand?

UN TÉMOIN . Votre partie s'est sauvée.

AGORASTOCLÈS . Puisse-t-il être allé se pendre !

UN TÉMOIN. Nous devons le souhaiter aussi.

AGORASTOCLÈS . Demain, j'assignerai mon homme.

COLLYBISCUS . Vous n'avez plus besoin de moi ?

AGORASTOCLÈS . Va-t'en reprendre tes habits.

COLLYBISCUS , à part. On ne m'a pas fait soldat pour rien : j'ai butiné un peu là dedans, tandis que les serviteurs dormaient ; je me suis repu de viande comme il faut. Rentrons à présent.

AGORASTOCLÈS , aux témoins . Je vous remercie, témoins ; vous m'avez rendu grand service. Demain matin rendez-vous au tribunal , s'il vous plaît. ( A Collybiscus .) Et toi, maintenant, suis-moi. ( Aux témoins. ) Serviteur.

UN TÉMOIN. Serviteur. ( Agorastoclès et Collybiscus rentrent .) C'est là une injustice qui n'a pas de nom ; il a la prétention de se faire servir et de ne pas nourrir le monde. Mais voilà bien de nos richards : obligez-les, la reconnaissance ne pèse pas une plume ; offensez-les, la rancune est lourde comme plomb. Retournons chacun chez nous, si vous voulez, maintenant que nous sommes venus à bout de notre entreprise en ruinant le corrupteur de notre jeunesse.

ACTE IV.

SCÈNE I. MILPHION.

J'attends pour savoir quel sera le résultat de mes ruses. Je brûle de perdre ce drôle, qui fait tant souffrir mon pauvre maître, lui de son côté, il me bat comme plâtre, à coups de pieds, à coups de poings. Quelle misère d'être au service d'un amoureux, surtout quand il ne jouit pas de ce qu'il aime ! Eh mais voici Syncéraste, l'esclave de ce coquin de marchand, qui revient du temple : écoutons un peu ce qu'il chante.

SCÈNE II. SYNCÉRASTE, MILPHION.

SYNCÉRASTE , sans voir Milphion . Ah ! c'est chose bien certaine, ni les dieux ni les hommes ne se soucient du malheureux qui sert un maître dans le genre du mien. On irait aux quatre coins de la terre sans trouver un être plus menteur et plus coquin ; pas de bourbier si sale ni si infect. Que les dieux me protégent, aussi vrai que j'aimerais mieux passer ma vie au fond d'une carrière, ou dans un moulin, avec une forte chaîne autour des flancs, que d'être le serviteur d'un homme qui fait un pareil métier. Quelle race ! quels appâts corrupteurs offerts dans cette maison ! Sur ma foi, on y voit toute espèce de monde, on se croirait aux bords de l'Achéron : voulez-vous un cavalier, un fantassin, un affranchi, un voleur, un esclave fugitif, un drôle fouetté par le bourreau, un échappé de prison, un condamné? Quiconque a de quoi payer est reçu, pourvu qu'il ait face humaine, et qu'il soit d'ailleurs ce qu'il voudra. Aussi dans toute la maison ce ne sont que ténèbres, que recoins ; on boit, on mange, absolument comme dans un cabaret. Vous y voyez des missives sous forme de bouteilles, cachetées de poix, avec des lettres longues d'une coudée : car chez nous c'est un bureau d'enrôlement de marchands de vin.

MILPHION . Je suis bien étonné, ma foi, si son maître ne l'a fait son héritier, car il a tout l'air de lui préparer une jolie oraison funèbre. J'ai envie de l'aborder, et en même temps, je suis tout réjoui de l'entendre.

SYNCÉRASTE . Quand je vois ce qui se passe, cela m'exaspère : des esclaves qui ont coûté à leurs maîtres les yeux de la tête, viennent manger chez nous leur pécule. Et au bout du compte il n'en reste rien. Bien mal acquis ne profite pas.

MILPHION . Il parle là comme si c'était un honnête garçon, lui qui saurait en remontrer au vice même.

SYNCÉRASTE . Je rapporte ces vases du temple : avec toutes ses victimes, mon maître n'a pas pu , le jour de la fête de Vénus, se mettre dans ses bonnes grâces.

MILPHION . Aimable Vénus !

SYNCÉRASTE . Et nos courtisanes, dès la première offrande, ont gagné la déesse.

MILPHION . Deux fois aimable Vénus !

SYNCÉRASTE . Mais rentrons au logis.

MILPHION . Hé, Syncéraste!

SYNCÉRASTE , sans se retourner. Qui appelle Syncéraste?

MILPHION . Un ami.

SYNCÉRASTE . Ce n'est déjà pas si amical d'arrêter un homme qui a sa charge.

MILPHION . Mais en récompense je me mettrai à ta disposition quand tu voudras, à première réquisition; prends que c'est convenu.

SYNCÉRASTE . S'il en est ainsi, je suis à tes ordres.

MILPHION . Comment?

SYNCÉRASTE . Quand j'aurai des coups à recevoir, tu me prêteras ta peau.

MILPHION . Grand merci.

SYNCÉRASTE . Je ne sais qui tu es.

MILPHION . Un malin.

SYNCÉRASTE . Sois-le pour toi.

MILPHION . J'ai un mot à te dire.

SYNCÉRASTE . Mon fardeau me pèse.

MILPHION . Pose-le, et regarde-moi.

SYNCÉRASTE . Soit, quoique je n'aie guère de temps. (Il se retourne .)

MILPHION . Salut, Syncéraste.

SYNCÉRASTE . O Milphion, que les dieux et déesses protégent...

MILPHION . Qui cela?

SYNCÉRASTE . Ni toi, ni moi, Milphion, ni mon maître non plus.

MILPHION . Qui donc faut-il qu'ils protégent?

SYNCÉRASTE . N'importe qui, car nul de nous autres ne le mérite.

MILPHION . Voilà un mot plein d'esprit.

SYNCÉRASTE . Je n'en dis pas d'autres.

MILPHION . Et que fais-tu là?

SYNCÉRASTE . Ce que ne font pas souvent les adultères pris en flagrant délit ; je rapporte mes effets au complet.

MILPHION . Que les dieux vous exterminent, ton maître et toi.

SYNCÉRASTE . Moi non pas; mais je pourrais bien les aider à l'exterminer, lui, si je n'avais peur.

MILPHION . Et de quoi? parle.

SYNCÉRASTE . Tu es malin.

MILPHION . Pour les malins.

SYNCÉRASTE . Je suis malheureux.

MILPHION . Explique-toi ; tu ne mérites pas cela. Qu'est-ce qui te rend malheureux ? Tu as à la maison de quoi manger, de quoi faire l'amour à bouche que veux-tu, sans donner une obole à ta bonne amie ; du bonheur gratis.

SYNCÉRASTE . Que Jupiter me bénisse ...

MILPHION . Comme tu en es digne, ma foi.

SYNCÉRASTE . Comme il est vrai que je voudrais voir périr toute la maisonnée.

MILPHION . Mets la main à l'uvre, si tu en as tant d'envie.

SYNCÉRASTE . Il n'est pas aisé de voler sans plumes, et je n'ai pas de plumes aux ailes.

MILPHION . Ne les arrache pas ; dans deux mois d'ici tu auras deux bras emplumés.

SYNCÉRASTE . Va te faire pendre.

MILPHION . Vas-y plutôt, toi et ton maître.

SYNCÉRASTE . Ah! si on le connaissait, il ne faudrait pas tant de temps pour le perdre.

MILPHION . Qu'y a-t-il donc?

SYNCÉRASTE . Comme si tu étais capable de garder un secret !

MILPHION . Ton secret sera mieux gardé par moi que par une femme muette.

SYNCÉRASTE . Je me déciderais sans peine à te le confier, si je ne te connaissais pas.

MILPHION . Confie hardiment, à mes risques et périls.

SYNCÉRASTE . J'ai tort, et pourtant je parlerai.

MILPHION . Sais-tu que ton maître est l'ennemi mortel du mien?

SYNCÉRASTE . Je le sais.

MILPHION . C'est l'amour qui en est cause.

SYNCÉRASTE . Tu perds ta peine.

MILPHION . Comment cela?

SYNCÉRASTE . Tu m'apprends ce que je sais.

MILPHION . Alors peux-tu douter que mon maître ne saisisse avec plaisir l'occasion de faire du mal au tien ? Et ce serait justice. Si tu lui donnes un coup demain, ce lui sera d'autant plus facile.

SYNCÉRASTE . Pourtant je craindrais une chose, Milphion.

MILPHION . Et que crains-tu?

SYNCÉRASTE . Que tu ne me perdes toi-même tandis que je dresserai un piége à mon maître : s'il apprend que j'ai causé à qui que ce soit, le pauvre Syncéraste sera bientôt rompu sur la croix.

MILPHION . Oh! par Pollux, âme qui vive ne saura rien de moi; je ne parlerai qu'à mon maître, et encore à condition qu'il ne dise pas que c'est toi qui as monté, le coup.

SYNCÉRASTE . J'ai tort, et pourtant je parlerai. Garde-moi bien le secret au moins.

MILPHION . La bonne foi n'est pas plus discrète. Parle en toute liberté, le temps et le moment sont favorables ; nous sommes seuls ici.

SYNCÉRASTE . Si ton maître veut bien mener l'affaire, il perdra le mien.

MILPHION . Comment cela se peut-il?

SYNCÉRASTE . C'est facile.

MILPHION . Alors indique-moi ce moyen facile, que je puisse l'en instruire.

SYNCÉRASTE . Adelphasie , que ton maître aime si ardemment, est de condition libre.

MILPHION . Comment?

SYNCÉRASTE ; Et aussi l'autre sur, Antérastile.

MILPHION . Puis-je te croire?

SYNCÉRASTE . Il les a achetées toutes petites dans Anactorium  , à un pirate de Sicile.

MILPHION . Combien?

SYNCÉRASTE . Dix-huit mines.

MILPHION . Les deux?

SYNCÉRASTE . Et la nourrice faisait trois. Le vendeur le prévint qu'elles avaient été volées ; il disait qu'elles étaient nées à Carthage, de parents libres.

MILPHION . Grands dieux ! l'agréable nouvelle que tu m'apprends là! Mon maître Agorastoclès, qui a vu le jour dans la même ville, a été volé à l'âge de six ans, amené ici par son ravisseur et vendu à mon ancien maître. Celui-ci l'a adopté et en mourant lui a laissé sa fortune.

SYNCÉRASTE . Tout ce que tu dis là facilitera les choses ; il pourra les réclamer comme ses concitoyennes, demander leur mise en liberté.

MILPHION . Bouche close surtout.

SYNCÉRASTE . Il fera éprouver à notre homme un rude échec, s'il les lui enlève.

MILPHION . Je m'arrangerai même pour qu'il perde la partie avant d'avoir bougé une seule pièce. J'ai mon plan.

SYNCÉRASTE . Que les dieux t'entendent, et que je ne sois plus l'esclave d'un homme de son métier !

MILPHION . Eh! je ferai en sorte, s'il leur plaît, que tu sois mon compagnon d'affranchissement.

SYNCÉRASTE . Puissent-ils y consentir ! As-tu encore besoin de moi ici, Milphion?

MILPHION . Porte-toi bien, et bonne chance.

SYNCÉRASTE . Cela dépend de toi et de ton maître. Adieu, et rappelle-toi que je compte sur le secret.

MILPHION . Tu ne m'as rien dit ; bonsoir.

SYNCÉRASTE . Si on ne bat le fer tandis qu'il est chaud, ce sera comme si on chantait.

MILPHION . Le conseil est excellent ; c'est bien aussi ce qu'on fera.

SYNCÉRASTE . La matière est bonne, mets-y un bon ouvrier.

MILPHION . Te tairas-tu ?

SYNCÉRASTE . Je me tais et m'en vais. ( Il sort .)

MILPHION . Bon débarras. Le voilà parti ! Les dieux immortels, veulent donc sauver mon maître et perdre ce vil marchand : quelle tuile va lui tomber sur la tête ! Et avant que le premier coup soit porté, le deuxième s'apprête. Mais je vais rentrer et dire tout cela à mon maître ; car si je l'appelais dehors pour lui répéter ce que vous venez d'entendre, ce serait bien maladroit. J'aime mieux l'ennuyer tête à tête au logis que vous tous ici. Dieux immortels, quelle déroute aujourd'hui pour ce Lycus! Mais je n'ai pas besoin de tant m'amuser là. L'affaire est en train, ce n'est pas le moment de lambiner. Il s'agit de tirer habilement parti de la confidence, sans négliger notre propre complot. Si je causais quelque retard, on aurait bien raison de me fustiger. Entrons ; j'attendrai chez nous que mon maître revienne de la place.

ACTE V.

SCÈNE I. HANNON.

Je conjure les dieux et les déesses qui habitent cette ville de donner un heureux succès à mon voyage ; je vous en supplie, divinités, permettez que je retrouve mes filles, qui m'ont été volées, et le fils de mon frère. J'avais ici jadis un hôtp, Antidamas ; on dit qu'il a fait ce dont il ne pouvait se dispenser. Mais on m'assure que son fils Agorastoclès est en cette ville. J'apporte avec moi le signe d'hospitalité. Il habite, m'a-t-on dit, dans ce quartier. Je vais m'informer près de ces gens que je vois sortir.

SCÈNE II. AGORASTOCLÈS, MILPHION, HANNON.

AGORASTOCLÈS , à Milphion. Ainsi, Milphion, Syncéraste t'a dit que ce sont deux jeunes filles de condition libre, deux Carthaginoises, qu'on a enlevées?

MILPHION . Oui, et si vous voulez bien faire, Vous les réclamerez à l'instant comme personnes libres. Ce serait une honte pour vous de laisser en esclavage, sous vos yeux, vos compatriotes, qui étaient libres dans leur pays.

HANNON , à part . Grands dieux, quel doux langage à mes oreilles avides ! C'est de la craie toute pure que la conversation de ces deux hommes ; elle efface les noirs soucis de mon âme.

AGORASTOCLÈS . Si j'avais des témoins, je ferais ce que tu me conseilles.

MILPHION . Des témoins ! Eh, mettez-vous bravement à l'uvre. La fortune saura bien vous venir en aide.

AGORASTOCLÈS . Il est plus aisé de s'y mettre que d'en sortir à son honneur.

MILPHION , apercevant Hannon. Mais qu'est-ce que cet oiseau qui arrive ici en tunique? Revient-il du bain où il se sera laissé voler son manteau? Quelle face, par Pollux! Il a, ma foi, des esclaves vieux comme les chemins.

AGORASTOCLÈS . Qu'en sais-tu ?

MILPHION . Vous ne les voyez pas derrière lui avec leurs paquets? On dirait vraiment qu'ils n'ont pas de doigts aux mains.

AGORASTOCLÈS . Pourquoi donc ?

MILPHION . Parce qu'ils portent leurs bagues aux oreilles. Je vais les aborder, et leur parler carthaginois. S'ils répondent, je continuerai en carthaginois : sinon, j'accommoderai mon langage à leur caractère. Et vous? vous souvenez-vous encore du carthaginois?

AGORASTOCLÈS . Pas un mot, ma foi : peut- il en être autrement, dis-moi ? j'avais six ans quand j'ai été enlevé de Carthage.

HANNON , à part . Bons dieux ! Bien des enfants libres ont été enlevés de Carthage comme cela.

MILPHION . Eh bien?

AGORASTOCLÈS . Que veux-tu?

MILPHION . Me permettez-vous de lui parler carthaginois?

AGORASTOCLÉS . Tu sais donc?

MILPHION . Il n'y a pas sous le soleil de Carthaginois plus carthaginois que moi.

AGORASTOCLÈS . Va lui parler, sache ce qu'il veut, pourquoi il est venu, qui il est, de quel pays; de Quelle ville : rie ménage pas les questions.

MILPHION , à Hannon. Avo ! De quel pays êtes-vous ? de quelle ville?

HANNON . Hanno Muthumballe bachdreanech.

AGORASTOCLÈS . Que dit-il?

MILPHION . Qu'il est Hannon, de Carthage, fils de Muthumbal le Carthaginois.

HANNON . Avo.

MILPHION . Il dit bonjour.

HANNON . Donni.

MILPHION , à Agorastoclè s. Donni , il veut vous donner quelque chose : vous entendez sa promesse ?

AGORASTOCLÈS . Dis-lui bonjour de ma part en carthaginois.

MILPHION , à Hannon . Il me charge de vous dire de sa part avo donni .

HANNON . Mehar bocca.

MILPHION . J'aime mieux que ce soit vous que moi.

AGORASTOCLÈS . Que dit-il ?

MILPHION . Qu'il a mal à la bouche. Il nous prend sans doute pour des médecins.

AGORASTOCLÈS . Si c'est ainsi, dis-lui que non, je ne veux pas tromper un étranger.

MILPHION , à Hannon . Écoutez : rufen nueo istam.

AGORASTOCLÈS . Je veux qu'on ne lui dise rien que la vérité. Demande-lui s'il a besoin de quelque chose.

MILPHION , à Hannon. Hé ! les gens sans ceinture, pourquoi êtes-vous venus dans cette ville? que cherchez-vous?

HANNON . Muphursa.

AGORASTOCLÈS . Qu'est-ce qu'il dit?

HANNON . Moin lechianna.

AGORASTOCLÈS . Que vient-il faire?

MILPHION . Vous n'entendez pas ? il dit qu'il veut donner aux jeux des édiles le spectacle de rats d'Afrique.

HANNON . Lalech lachananim liminichot.

MILPHION . Qu'il a apporté des bandes et des noix ; il vous prie de l'aider à les vendre.

AGORASTOCLÈS . C'est un marchand, à ce que je vois?

HANNON . Is amar binam.

AGORASTOCLÈS . Qu'est-ce ?

HANNON . Palum erga dectha.

AGORASTOCLÈS . Que dit-il à présent, Milphion?

MILPHION . Qu'on l'a chargé de vendre des bêches et des faucilles pour cultiver les jardins et faire la moisson. On l'a sans doute envoyé pour moissonner chez vous.

AGORASTOCLÈS . Est-ce que tout cela me regarde ?

MILPHION . Il veut que vous le sachiez afin que vous n'alliez pas croire qu'il a volé quelque chose.

HANNON . Muphonium sucoraim.

MILPHION . Hum! gardez-vous bien de faire ce dont il vous prie.

AGORASTOCLÈS . Qu'est-ce qu'il dit, qu'est-ce qu'il demande ? explique-le-moi.

MILPHION . Que vous le fassiez mettre dans une claie et qu'on la charge ensuite de pierres pour le faire mourir.

HANNON . Gunebel falsamen ierasan.

AGORASTOCLÈS . Qu'est-ce ? Que dit-il ? Parle.

MILPHION . Ma foi, je n'y comprends plus rien.

HANNON . Eh bien, pour que tu comprennes, je vais maintenant parler latin. Tu dois être, ma foi, un méchant, un mauvais serviteur, pour te moquer ainsi d'un étranger, d'un voyageur.

MILPHION . Et vous, vous devez être un fourbe, un sycophante, pour venir ici nous attraper, Africain à double langue, fils de serpent.

AGORASTOCLÈS . Ne lui dis pas de sottises : tiens ta langue. Tu t'abstiendras de l'injurier, si tu as le sens commun. Je ne veux pas qu'on insulte nos compatriotes. ( A Hannon .) Je suis né à Carthage, pour que vous le sachiez.

HANNON . Salut donc, ô mon compatriote !

AGORASTOCLÈS . Salut à vous aussi, qui que vous soyez ! Et si vous avez besoin de quelque chose, je vous en prie, parlez. Commandez, en votre qualité de compatriote.

HANNON . Je vous suis obligé. Mais j'ai un hôte ici : je cherche le fils d'Antidamas, Agorastoclès ; indiquez-le-moi, si vous le connaissez. Connaissez-vous ici un jeune homme du nom d'Agorastoclès ?

AGORASTOCLÈS . Si c'est au fils adoptif d'Antidamas que vous avez affaire, je suis celui que vous cherchez.

HANNON . Ah ! qu'entends-je ?

AGORASTOCLÈS . Je suis le fils d'Antidamas.

HANNON . S'il en est ainsi, et si vous voulez confronter le signe d'hospitalité, je l'ai apporté, le voici.

AGORASTOCLÈS . Voyons, montrez; c'est bien cela, j'ai l'autre moitié à la maison.

HANNON . O mon hôte, mille fois salut! car votre père, oui votre père Antidamas, était mon hôte ; j'avais partagé avec lui ce signe d'hospitalité.

AGORASTOCLÈS . Aussi serez-vous reçu chez-moi comme un hôte. Je ne renie pas l'hospitalité, ni Carthage non plus ; c'est ma ville natale.

HANNON . Que tous les dieux comblent tous vos vux ! Mais à propos, comment peut-il se faire que vous soyez né a Carthage et que vous ayez eu ici un père étolien?

AGORASTOCLÈS . On m'a enlevé de là-bas ; Antidamas, votre hôte, m'a acheté et m'a adopté pour fils.

HANNON . Il avait été lui-même adopté par Démarque. Mais laissons-le et revenons à vous : dites-moi, vous rappelez-vous les noms de vos parents ?

AGORASTOCLÈS . Je me souviens de ceux de mon père et de ma mère.

HANNON . Dites-les-moi, pour voir si je les connais par hasard ou s'il sont de ma famille.

AGORASTOCLÈS . Ma mère se nommait Ampsigura, et mon père Jachon.

HANNON . Oh ! comme je voudrais que ce père et cette mère vécussent encore !

AGORASTOCLÈS . Ils sont donc morts ?

HANNON . Oui, et j'en ai eu bien du chagrin. Ampsigura votre mère était ma cousine, votre père était mon cousin, et en mourant il m'a fait son héritier. Ah! cette perte m'est bien sensible. Mais si en effet vous êtes le fils de Jachon, vous devez avoir un signe à la main gauche où, tout petit encore, en jouant, vous fûtes mordu par un singe. Montrez, que je regarde, découvrez.

AGORASTOCLÈS . Tenez, la voici. Bonjour, mon oncle.

HANNON . Bonjour, Agorastoclès. En te retrouvant il me semble que je renais à la vie.

MILPHION . Ma foi, je me réjouis de votre bonheur à tous deux. ( A Hannon. ) Ne voulez-vous pas écouter un conseil ?

HANNON . Si fait.

MILPHION . Il faut rendre au fils les biens paternels. Il est de toute justice qu'il ait ce qu'a possédé son père.

HANNON . Je ne demande pas mieux ; on lui rendra tout. Je lui remettrai sa fortune, et en bon état, s'il vient au pays.

MILPHION . Rendez-la-lui tout de même, quand il resterait ici.

HANNON . Et il aura encore mon bien s'il m'arrive quelque accident.

MILPHION . Une drôle d'idée qui me passe par l'esprit.

HANNON . Qu'est-ce?

MILPHION . J'ai besoin de votre aide,

HANNON . Parle, quelle est ton envie? Assurément je suis tout à ton service. De quoi s'agit-il?

MILPHION . Pouvez- vous faire le malin?

HANNON . Avec un ennemi, oui ; mais avec un ami ce serait une sottise.

MILPHION . Ah ! il s'agit d'un ennemi de celui-là ( il montre Agorastoclès ).

HANNON . J'aurais plaisir à lui faire du mal.

MILPHION . Il aime une fillette chez un marchand d'esclaves.

HANNON . Il fait bien.

MILPHION . Ce marchand demeure ici, c'est notre voisin.

HANNON . J'aurais plaisir à lui faire du mal.

MILPHION . Il a deux jeunes courtisanes, deux surs ; Agorastoclès est éperdument épris d'une des deux, dont il n'a jamais eu les faveurs.

HANNON . Voilà un amour dont les fruits sont amers.

MILPHION . Le marchand s'amuse à le tourmenter.

HANNON . Il fait son métier.

MILPHION . Agorastoclès veut lui jouer un tour.

HANNON . C'est un brave garçon s'il fait cela.

MILPHION . Voici donc de quoi je m'avise, voici les batteries que je dresse. Nous vous envoyons là, vous dites que ce sont vos filles, qu'on vous les a volées toutes petites à Carthage, vous les réclamez à titre de personnes libres, comme si c'étaient vos deux enfants : comprenez-vous ?

HANNON . Si je comprends ? N'ai je pas deux filles comme cela, qui m'ont été volées toutes petites avec leur nourrice ?

MILPHION . Vous jouez, ma foi, la comédie à merveille, voilà un début qui me plaît.

HANNON . Plus que je ne voudrais, par Hercule!

MIPLHION . Hé ! l'adroit compère ! Est-il malin, et vif, et fin, et rusé ! Comme il pleure pour assurer le succès ! Voilà qu'il me surpasse déjà en fourberie, moi l'inventeur !

HANNON . Mais quelle mine a leur nourrice? D épeins-la-moi,

MILPHION . Pas grande de taille, un teint basané.

HANNON . C'est elle.

MILPHION . Jolie tournure, bouche petite, il tout noir.

HANNON . Ah ! la voilà toute crachée.

MILPHION . Voulez-vous la voir ?

HANNON . J'aimerais mieux voir mes filles. Mais va, appelle-les, que je sache si ce sont elles. Si c'est la nourrice, elle me reconnaîtra tout de suite.

MILPHION , frappant chez Lycus . Holà! y a-t-il quelqu'un? Qu'on dise à Giddénémé de sortir ; il y a une personne qui veut lui parler.

SCÈNE III. GIDDÉNÉMË, MILPHION, HANNON, AGORASTOCLÈS, UN ESCLAVE.

GIDDÉNÉMÉ . Qui frappe?

MILPHION . Celui qui est tout près de toi.

GIDDÉNÉMÉ . Que veux-tu?

MILPHION . Çà, connais-tu cet homme en tunique ? Sais-tu qui c'est?

GIDDÉNÉMÉ . Que vois-je ? Grand Jupiter! c'est là mon maître le père des petites que j'ai nourries, Hannon de Carthage.

MILPHION . Est-elle madrée ! Ce Carthaginois est un fameux sorcier, il tourne toutes les têtes à son idée.

GIDDÉNÉMÉ . Ô mon maître, salut! Hannon, vous que vos filles et moi espérions le moins, salut ! Ne soyez pas si surpris, ne me regardez pas tant. Ne reconnaissez-vous pas, Giddénémé, votre servante?

HANNON . Si fait mais où sont mes filles ? C'est là ce que je veux savoir.

GIDDÉNÉMÉ . Au temple de Vénus.

HANNON . Qu'y font-elles? dis-moi.

GIDDÉNÉMÉ . C'est aujourd'hui la fête de la déesse, elles sont allées prier pour obtenir ses bonnes grâces.

MILPHION . Elles les ont, ma foi, assez bien obtenues, puisque ce brave homme est arrivé.

AGORASTOCLÈS . Est-ce que ce sont ses filles?

GIDDÉNÉMÉ . Comme vous dites. ( A Hannon .) Votre tendresse nous est bien secourable, et vous voilà débarqué tout à point : aujourd'hui même il leur aurait fallu changer de noms et faire un infâme trafic de leur corps.

UN ESCLAVE , à Giddénémé . Handones illi.

GIDDÉNÉMÉ . Havon bene si illi, in mustine. Me ipsi et eneste dum et alamna cestinum.

AGORASTOCLÈS . Que viennent-ils de se dire? explique-le-moi.

MILPHION . Il l'appelle sa mère, et elle l'appelle son fils.

HANNON , à Giddénémé . Tais-toi et ménage ta marchandise de femelle.

AGORASTOCLÈS . Quelle marchandise?

HANNON . Un babil étourdissant qui n'en finit pas. ( A Milphion , en montrant ses esclaves ) Conduis ce monde-là à la maison , et dis à la nourrice de t'accompagner aussi.

AGORASTOCLÈS , à Milphion . Fais ce qu'il t'ordonne.

MILPHION , à Hannon . Mais qui est-ce qui vous les indiquera?

AGORASTOCLÈS . Moi, parfaitement.

MILPHION . Je m'en vais donc.

AGORASTOCLÈS . J'aimerais mieux te le voir faire que te l'entendre dire. Et qu'on apporte à souper pour l'arrivée de mon oncle.

MILPHION , aux esclaves . Lachananim vos ! Je vais vous fourrer au moulin, et de là au puits, et après, de bonnes bûches à fendre. Je ferai en sorte que vous ne vantiez pas trop notre hospitalité.

AGORASTOCLÈS . Écoutez-moi, mon oncle : je vous le dis et vous ne direz pas que je ne vous en ai point parlé : donnez-moi votre fille aînée.

HANNON . C'est convenu.

AGORASTOCLÈS . J'ai votre parole?

HANNON . Oui.

AGORASTOCLÈS . Salut, mon oncle, car maintenant vous l'êtes tout à fait. Ainsi désormais je pourrai causer librement avec elle. A présent, mon oncle, si vous voulez voir vos filles, suivez-moi.

HANNON . Voilà assez longtemps que j'en meurs d'envie ; je te suis.

AGORASTOCLÈS . Si nous allions à leur rencontre?

HANNON . Je crains que nous ne nous croisions en route. Grand Jupiter, change mon incertitude en un bonheur assuré.

AGORASTOCLÈS . Me voilà sûr de posséder mes amours. Mais ce sont elles, je les aperçois.

HANNON . Ce sont mes filles? qu'elles sont devenues grandelettes ! Elles étaient si petites !

AGORASTOCLÈS . Voulez-vous que je vous dise ? Ce sont des colonnes grecques, elles ne demandent qu'à pousser.

MILPHION . Ma foi, ce que je disais tantôt en plaisantant va devenir, je crois, une belle et bonne réalité: il se trouvera que ce sont ses filles.

AGORASTOCLÈS . C'est déjà tout trouvé ! Toi, Milphion, emmène tout ce monde ; nous allons les attendre ici.

SCÈNE IV. - ANTERASTILE, ADELPHASIE,  AGORASTOCLÈS, HANNON.

ANTÉRASTILE . Cela valait le prix pour un amateur de jolies choses de venir au temple régaler ses yeux d'un si brillant spectacle. J'ai été ravie des charmantes offrandes des courtisanes, beaux présents dignes de la reine de beauté. J'ai admiré aussi la puissance de la déesse : tant de gracieuses choses, et toutes si merveilleusement arrangées , chacune à sa place ! Partout on était embaumé par la myrrhe et les parfums d'Arabie ; ni ta fête ni ton temple, ô Vénus, n'avaient l'air d'être négligés : tant il se pressait là de clientes pour rendre hommage à Vénus Calydonienne. Quant à nous deux, ma sur, nous avons été là comme des reines, belles, respectées, et les jeunes gens ne se sont pas moqués de nous comme de toutes les autres filles.

ADELPHASIE . J'aimerais mieux que ce fût l'avis d'autres, ma sur, et que tu ne fisses pas toi-même ton panégyrique.

ANTÉRASTILE . Je l'espère bien.

ADELPHASIE . Et moi aussi, par Pollux, quand je compare notre caractère à celui des autres femmes. Notre naissance exige de nous que nous restions pures de toute faute. HANNON, à part. O Jupiter, qui protéges et nourris le genre humain, toi qui donnes pour nous du prix à la vie, toi de qui dépendent les espérances de tous les hommes, fais, je te conjure, que cette journée soit heureuse pour mon destin. Ces filles dont j'ai été sevré tant d'années, et qui toutes petites ont été enlevées à leur pays, rends-leur la liberté, et je saurai qu une constante piété a sa récompense.

AGORASTOCLÈS . J'obtiendrai tout de Jupiter : il m'a des obligations et il a peur de moi.

HANNON . Tais-toi, je te prie.

AGORASTOCLÈS . Ne pleurez pas, mon oncle.

ANTÉRASTILE . Qu'il est doux, ma sur, de triompher comme nous avons fait aujourd'hui, distinguées entre toutes par nos attraits !

ADELPHASIE . Tu es plus folle que je ne voudrais, ma pauvre sur. Te trouves-tu donc si belle parce que là-bas ou ne t'a pas barbouillé le visage de suie ?

AGORASTOCLÈS . O mon oncle, le plus cher, le meilleur des oncles !

HANNON . Qu'est-ce, enfant de mon frère? que veux-tu, mon cher garçon ? explique-toi.

AGORASTOCLÈS . Je veux que vous fassiez attention.

HANNON . Je suis tout oreilles.

AGORASTOCLÈS . Mon oncle, mon bon oncle !

HANNON . Qu'y a-t-il?

AGORASTOCLÈS . Elle est charmante, ravissante ! Que d'esprit !

HANNON . Pour l'esprit, elle tient de son père.

AGORASTOCLÈS . Que dites-vous ? Il y a bel âge, ma foi, qu'elle a dépensé ce qu'elle en avait reçu de vous. Maintenant, c'est de moi que lui vient l'esprit, de moi que lui vient le bon sens. Tout son esprit, elle le doit à mon amour.

ADELPHASIE . Nous avons beau être esclaves, ma sur, nous sommes d'un sang qui ne nous permet rien dont on puisse faire moquerie. Les femmes ont bien des défauts mais le plus grand de tous, c'est d'être trop contentes d'elles-mêmes et de chercher trop à plaire aux hommes.

ANTÉRASTILE . J'ai été bien joyeuse, ma sur, de ce que les victimes nous ont annoncé et des prédictions que l'haruspice nous a faites.

AGORASTOCLÈS , à part. Si seulement il avait parlé de moi !

ANTÉRASTILE . Il a dit que sous peu de jours, et malgré notre maître, nous serions libres. Mais, à moins que les dieux ou nos parents ne s'en mêlent, je ne vois guère sur quoi fonder cet espoir.

AGORASTOCLÈS . C'est, ma foi, sous ma garantie, mon oncle, que l'haruspice leur a promis la liberté; il sait que j'aime Adelphasie.

ADELPHASIE . Viens, ma sur.

ANTÉRASTILE . Je te suis.

HANNON . Avant que vous vous éloigniez, je voudrais vous dire un mot : arrêtez-vous donc, si cela ne vous ennuie pas.

ADELPHASIE . Qui nous appelle ?

AGORASTOCLÈS . Quelqu'un qui veut vous faire du bien.

ADELPHASIE . C'est le moment. Mais qui est-ce ?

AGORASTOCLÈS . Un ami.

ADELPHASIE . Alors ce n'est pas un ennemi.

AGORASTOCLÈS . C'est un homme de bien, mon cher cur.

ADELPHASIE . Ma foi, je l'aime mieux qu'un méchant homme.

AGORASTOCLÈS . Si vous devez avoir un ami, c'est celui-ci.

ADELPHASIE . Je ne le demande pas.

AGORASTOCLÈS . Il veut vous faire beaucoup de bien à toutes deux.

ADELPHASIE , à Hannon. Vous serez donc un honnête homme obligeant d'honnêtes filles.

HANNON . Je vous donnerai de la joie.

ADELPHASIE . Nous vous donnerons, ma foi, du bonheur.

HANNON . Avec la liberté.

ADELPHASIE . A ce prix, nous serons bien vite à vous.

AGORASTOCLÈS , bas à Hannon . Mon cher oncle, puissent les dieux me protéger, aussi vrai que, si j'étais Jupiter, ma foi, je l'épouserais sur l'heure et mettrais Junon dehors par les épaules! Quel langage chaste, sensé, convenable! quelle modestie dans ses discours ! Certes, elle m'appartient.

HANNON . Et moi, comme j'ai été madré avec elles!

AGORASTOCLÈS . Très joliment, ma foi, et très adroitement.

HANNON . Faut-il encore les éprouver?

AGORASTOCLÈS . Faites court; les spectateurs ont soif.

HANNON . Eh bien, pourquoi ne pas venir tout de suite au fait? ( A Adelphasie et à Antérastile. ) Je vous appelle en justice.

AGORASTOCLÈS . Tenez-les, mon oncle.

HANNON . Toi, si tu es un brave garçon....

AGORASTOCLÈS . Voulez-vous que je mette la main sur celle-ci?

HANNON . Prends-la.

ADELPHASIE . Est-ce que c'est là votre oncle, Agorastoclès ?

AGORASTOCLÈS . Je vous le ferai bientôt savoir. Mais pour le moment, je me vengerai de vous comme il faut, car je veux que vous soyez ma femme.

HANNON . Venez en justice, et ne lanternez pas.

AGORASTOCLÈS , à Hannon. Prenez-moi pour témoin et emmenez-la ; moi je vous prendrai pour témoin à mon tour, et celle- ci je l'aimerai, je l'embrasserai. Non, je voulais dire.... eh oui, ma foi, j'ai dit ce que je voulais.

HANNON . Attendez. Je vous appelle en justice, si vous ne préférez que je vous y traîne.

ADELPHASIE . Pourquoi nous appelez-vous en justice? Qu'est-ce que nous vous devons ?

AGORASTOCLÈS , à Hannon. Dites-le-lui.

ADELPHASIE . Comment! mes chiens aussi vont aboyer contre moi?

AGORASTOCLÈS . Eh ! par Hercule, caressez-les ; donnez-moi un baiser en guise de gâteau, votre langue en guise d'os, et votre chien deviendra doux comme un mouton.

HANNON . Venez donc, si vous voulez venir.

ADELPHASIE . Qu'est-ce que nous vous avons fait ?

HANNON . Vous êtes deux voleuses.

ADELPHASIE . Nous?

HANNON . Oui, vous.

AGORASTOCLÈS . Et je sais que c'est vrai.

ADELPHASIE . Qu'est-ce que nous avons pris?

AGORASTOCLÈS , montrant Hannon. Demandez-le-lui.

HANNON . Depuis bien des années, vous avez recelé mes filles, des enfants libres, de bonne naissance, de grande famille.

ADELPHASIE . Ah ! par Castor, vous ne nous convaincrez jamais d'une pareille infamie.

AGORASTOCLÈS . Gageons, si vous ne mentez pas, à qui donnera un baiser à l'autre.

ADELPHASIE . Je n'ai rien à démêler avec vous ; retirez-vous, je vous prie.

AGORASTOCLÈS . Si fait, c'est à moi qu'il faut que vous ayez affaire. Voici mon oncle, je dois prendre sa cause en main. Je lui dénoncerai tous les vols que vous faites, comment vous avez chez vous ses filles en servitude, quand vous savez que ce sont des enfants libres, qu'on a volés dans leur pays.

ADELPHASIE . Où sont-elles? qui sont-elles ? dites-moi.

AGORASTOCLÈS , à Hannon. Nous les avons assez mises aux champs.

HANNON . Je parlerai donc.

AGORASTOCLÈS . C'est mon avis, mon cher oncle.

ADELPHASIE . Je suis toute saisie, cette affaire m'inquiète, ma sur. J'en demeure pétrifiée.

HANNON . Écoutez-moi, jeunes filles. D'abord, s'il était possible que les dieux n'envoyassent jamais le malheur à qui ne le mérite point, je serais satisfait ; mais pour le bonheur qu'ils me donnent, ainsi qu'à vous et à votre mère, nous leur devons d'éternelles actions de grâces ; les immortels reconnaissent et honorent ainsi notre piété. Vous êtes mes deux filles et voici votre cousin, le fils de mon frère, Agorastoclès.

ADELPHASIE , à Antérastile . Dis-moi, ne nous font-ils pas une fausse joie?

AGORASTOCLÈS . Ah ! puissé-je être aimé des dieux, aussi vrai que c'est votre père. Vos mains?

ADELPHASIE . Salut, mon père, que nous n'espérions pas revoir ; souffrez que nous vous embrassions.

ANTÉRASTILE . Salut, mon père, tant regretté, tant désiré : nous sommes toutes deux vos filles ; que nous vous embrassions toutes deux.

AGORASTOCLÈS . Et moi, après, qui m'embrassera?

HANNON . Ah ! je suis bien heureux. Cet instant de joie me paye de mes longues années de souffrance.

ADELPHASIE . A peine si nous pouvons y croire.

HANNON . Je vous indiquerai quelqu'un à qui vous pourrez vous en rapporter : votre nourrice m'a reconnu tout de suite.

ADELPHASIE . Où donc est-elle?

HANNON . Chez mon neveu.

AGORASTOCLÈS ,  à Adelphasie . Mais quelle idée de vous accrocher si longtemps à son cou, avant qu'il m'ait promis votre main ?

ADELPHASIE . Laissez-moi.

AGORASTOCLÈS . Salut, ma douce espérance.

ADELPHASIE . Je vous fais grâce du salut.

AGORASTOCLÈS , à Antérasiile. Et vous aussi, salut.

ANTÉRASTILE . Cela n'est pas nécessaire ; vous m'assommez.

HANNON . Serrons-nous tous dans les bras les uns des autres. Y a-t-il sur terre de plus heureuses gens que nous ?

AGORASTOCLÈS . Les justes ont leur juste récompense. ( Il embrasse Adelphasie. ) Enfin me voilà au comble de mes vux. O Apelle, ô Zeuxis, pourquoi êtes-vous morts sitôt? quel tableau vous auriez eu à peindre! Caries autres artistes ne sont pas dignes de pareils sujets.

HANNON . Vous tous, dieux et déesses, je vous rends de justes et grandes actions de grâces pour cette joie, pour cette félicité dont vous m'inondez, en remettant mes filles dans mes bras.

ADELPHASIE . O mon père, votre tendresse est notre appui.

AGORASTOCLÈS . Mon oncle, tâchez de vous souvenir que vous m'avez promis votre fille aînée.

HANNON . Je le sais.

AGORASTOCLÈS . Et que vous m'avez promis une dot aussi.

SCÈNE V. ANTHÉMONIDÈS, ADELPHASIE, ANTÉRASTILE, HANNON, AGORASTOCLÈS.

ANTHÉMONIDÈS . Si je ne me venge comme il faut pour la mine que j'ai dû donner à ce drôle, je consens à devenir le plastron de tous les badauds. Le coquin m'invite à dîner, s'en va lui-même en ville, et me laisse chez lui en guise de portier. Du moment où ni lui ni ses femmes ne rentrent et où l'on ne me donne rien à mettre sous la dent, je me suis nanti de ceci, qui vaut bien ma part du dîner, et je décampe. Cela lui apprendra ; il aura craché sa contribution militaire. Il avait trouvé à qui escroquer une bonne mine d argent. Mais tandis que je suis monté, je voudrais bien rencontrer ma bonne amie ; mes poings lui accommoderaient un museau de négresse ; je lui ferais tant de noirs qu'elle serait plus noire qu'un Égyptien ou que ceux qui aux représentations du Cirque apportent l'eau des chevaux.

ADELPHASIE , à Agorastoclès. Serrez-moi bien, mon cher cur, j'ai une telle frayeur des milans! Voilà une méchante bête ; qu'elle n'aille pas vous enlever votre tourterelle.

ANTÉRASTILE . Que ne puis-je vous presser plus étroitement, mon père !

ANTHÉMONIDÈS . Je perds mon temps. Avec ce que j'ai là, je puis à peu près me payer à dîner... Mais quoi ? Qu'est-ce, qu'est-ce là? Que vois-je ? Comment? Que signifient ces accolades? Que veulent dire ces embrassades? D'où vient cet homme à longues tuniques? Il a l'air d'un garçon de cabaret. N'ai-je pas la berlue? N'est-ce pas là mon amie Antérastile? Eh oui, ma foi, c'est elle, ce n'est pas d'aujourd'hui que je m'aperçois qu'elle en tient peu pour moi. Une jeune fille ne rougit pas d'embrasser un mauricaud en pleine rue? Par Hercule, je vais la mettre aux mains du bourreau pour lui rompre bras et jambes. En vérité , ces gens à robes traînantes sont d'un tempérament! Mais abordons notre amoureuse Africaine. ( A Antérastile.) Hé, la belle, c'est à toi que je parle ! n'as-tu pas honte ? ( A Hannon. ) Et vous, qu'avez-vous à démêler avec elle? répondez.

HANNON . Bonjour, l'ami.

ANTHÉMONIDÈS . Foin de votre bonjour, je n'ai pas besoin de vos souhaits. De quel droit la touchez-vous du bout du doigt?

HANNON . Cela me plaît.

ANTHÉMONIDÈS . Cela vous plait ?

HANNON . Oui.

ANTHÉMONIDÈS . La peste t'étouffe, avorton ! Tu oses venir faire ici le galant, rebut de l'espèce humaine, mettre la main sur les maîtresses des guerriers? Anchois pelé, avec ta cotte à ceinture étriquée et ton cuir puant, ignoble panse plus bourrée d'ail et d'oignon que celle, des rameurs romains !

AGORASTOCLÈS . Ah çà, mon brave, est-ce que les mâchoires et les dents te démangent, pour venir l'ennuyer ainsi? Cherches-tu quelque mauvaise affaire?

ANTHÉMONIDÈS . Pourquoi n'as-tu pas pris un tambourin pour dire cela? Car tu me fais l'effet d'un mignon plutôt que d'un homme.

AGORASTOCLÈS . Veux-tu savoir quel mignon je fais ? Holà, esclaves, sortez ! apportez des bâtons ! .

ANTHÉMONIDÈS . Eh là, ne prenez pas au sérieux ce que j'ai dit par plaisanterie.

ANTÉRASTILE . Mais aussi, Anthémonidès, quelle mouche vous pique de venir parler si grossièrement à notre cousin et à notre père? Car voici notre père; il nous a reconnues tout à l'heure, ainsi que le fils de son frère.

ANTHÉMONIDÈS . Ah, par Jupiter, voilà qui est bien fait! J'en suis content, j'en suis ravi, surtout s'il doit en revenir quelque bonne mésaventure à ce coquin d'entremetteur ; pour vous, vous avez le bonheur que vous méritez.

ANTÉRASTILE . On peut l'en croire, j'en réponds; croyons-le, mon père.

HANNON . Je le crois.

AGORASTOCLÈS . Et moi aussi mais voici Lycus, le brave homme, je l'aperçois, il revient chez lui.

HANNON . Qui est-ce ?

AGORASTOCLÈS . Ce que vous voudrez, le marchand d'esclaves Lycus. C'est lui qui a tenu vos filles en servitude ; c'est lui qui m'a volé mon or.

HANNON . Jolie connaissance que tu as là !

AGORASTOCLÈS . Traînons-le en justice.

HANNON . Pas du tout.

AGORASTOCLÈS . Pourquoi ?

HANNON . Parce qu'il vaut mieux en tirer une bonne indemnité.

SCÈNE VI. LYCUS, AGORASTOCLÈS, HANNON, ANTHÉMONIDÈS.

LYCUS . On n'est jamais attrapé, selon moi, quand on raconte ses affaires à ses amis tout comme elles sont. Les miens sont tous d'accord : je n'ai qu'à me pendre, si je ne veux pas que la justice me mette entre les mains d'Agorastoclès.

AGORASTOCLÈS . Allons, drôle, au tribunal.

LYCUS . Je vous en supplie, Agorastoclès, permettez-moi de me pendre.

HANNON . Infâme coquin, je t'appelle en justice.

LYCUS . Qu'ai-je affaire avec vous?

HANNON . J'affirme que voici mes deux filles, libres de naissance ; elles m'ont été volées toutes petites avec leur nourrice.

LYCUS . Il y a un siècle que je le sais, et je m'étonnais que personne ne vint les réclamer. Assurément, elles ne m'appartiennent pas. .

ANTHÉMONIDÈS . Vil entremetteur, en justice.

LYCUS . Vous voulez parler du dîner ; on vous le doit, on vous le donnera.

AGORASTOCLÈS . Pour le vol, il me faut le double.

LYCUS , tendant la gorge. Prenez-le là.

HANNON . Et à moi une éclatante vengeance.

LYCUS . Prenez là tout ce. que vous voudrez.

ANTHÉMONIDÈS . A moi une mine d'argent.

LYCUS . Prenez là tout ce que vous voudrez. Je n'ai que mon cou pour vous payer tous, il portera l'endosse.

AGORASTOCLÈS . As-tu quelque réclamation à m'opposer?

LYCUS . Je ne souffle pas.

AGORASTOCLÈS . Rentrez donc à la maison, fillettes ; mais, mon oncle, accordez-moi votre fille, comme vous avez dit.

HANNON . Je me garderais bien de m'en dédire.

ANTHÉMONIDÈS . Adieu.

AGORASTOCLÈS . Adieu.

ANTHÉMONIDÈS , montrant ce qu'il a pris. Tiens, entremetteur, j'emporte ceci à compte sur ma mine.

LYCUS . Ah! je suis perdu.

AGORASTOCLÈS . Tout à l'heure, quand tu seras venu au tribunal.

LYCUS . Eh ! je me. ivre moi-même, qu'est-il besoin du préteur? Seulement, je vous en prie, contentez-vous de la somme simple. On peut bien, je crois, ramasser trois cents philippes : je ferai ma vente demain.

AGORASTOCLÈS . A condition que tu restes quelque temps chez moi dans une cage de bois.

LYCUS . Soit.

AGORASTOCLÈS . Venez à la maison, mon oncle, que nous fêtions joyeusement ce jour si funeste pour lui, si heureux pour nous. ( Aux spectateurs .) Adieu, adieu : nous avons bien bavardé mais en fin de compte tout le mal est retombé sur l'entremetteur. Et maintenant, si la comédie vous a plu, elle réclame l'assaisonnement final de toute pièce de théâtre, vos applaudissements.

 

sommaire